Peter Brook, l'un des plus brillants metteurs en scène britanniques, âgé de 83 ans, a annoncé qu'il quitterait à partir de 2010 la direction de la salle parisienne des Bouffes du Nord, dont il a fait un théâtre phare en France.

Mis à jour le 13 déc. 2008
AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans un entretien au quotidien Le Monde samedi, il explique qu'il a décidé, avec la codirectrice Micheline Rozan, de passer le relais «en douceur» à Olivier Mantei, 43 ans, responsable de la programmation musicale des Bouffes, et Olivier Poubelle, 48 ans, ex-administrateur de la salle, à partir de 2010.«En 2011, Poubelle et Mantei seront totalement aux commandes», précise-t-il, ajoutant que «l'idée était d'imaginer une succession capable d'établir une continuité et d'apporter un renouvellement».

Si la programmation musicale doit être accentuée, les Bouffes du Nord continueront à présenter du théâtre, dont les créations de Peter Brook, souligne-t-il.

La passion de Peter Brook pour le théâtre remonte à son plus jeune âge. A sept ans (il est né en 1925) il se met lui-même en scène dans Hamlet, devant sa famille.

Après ses études à Oxford, il passe rapidement à la mise en scène pour la Royal Shakespeare Academy, avec Peine d'amour perdu (1946) ou encore Mesure pour mesure (1950). En 1953, il réalise son premier film: The Beggar's Opera, dans lequel il dirige une légende du théâtre et du 7e Art, Laurence Olivier.

En 1962, il est nommé directeur de la Royal Shakespeare Company, poste qu'il occupera durant vingt ans. Décloisonnant les genres, le cinéaste met souvent en scène des pièces ou des fictions au théâtre qu'il adapte ensuite au cinéma comme Marat-Sade en 1966, pour lequel il remporte le Tony Award du Meilleur réalisateur à Broadway.

En 1974, à Paris, il fait restaurer, aux côtés de Micheline Rozan, le théâtre des Bouffes du Nord, alors en ruines, et fonde le «Centre International de Créations Théâtral» (CICT). Aux Bouffes, il a créé des spectacles mythiques, comme Timon d'Athènes ou Carmen.