Elle a renversé le public québécois par ses imitations des plus grands de la chanson et Véronic DiCaire tentera de répéter l'exploit, mais cette fois à Paris où elle livrera pas moins de 50 spectacles à compter de février prochain.

Alain Martineau LA PRESSE CANADIENNE

Après les Fred Pellerin, Pierre Lapointe et Ariane Moffatt, c'est au tour de l'imitatrice-chanteuse de viser la France. Elle donnera ses prestations dans une salle de 400 places, au Théâtre de la Gaîté Montparnasse, entre le 2 février et le 10 avril 2010.

«Ça c'est hot, s'est exclamée la jeune femme, en annonçant la nouvelle jeudi. C'est un rêve, un bel accomplissement. Je suis fière.»

Il va sans dire que son «one woman show» sera remanié en conséquence pour nos cousins français. La jeune femme originaire d'Embrun, en Ontario francophone, imitera certes des Québécoises connues dans l'Hexagone, comme Céline Dion, Isabelle Boulay ou Lynda Lemay.

«Pour Céline, je vais ajouter des chansons de Jean-Jacques Goldman, c'est important», a précisé celle qui se qualifie d'abord comme une entertainer.

À son palmarès, elle ajoutera bien sûr des grands noms de la musique française.

«Des trésors comme Dalida, Mireille Mathieu et Edith Piaf. Ou encore Olivia Ruiz, moins connue au Québec», a mentionné la jeune artiste, qui reconnaît qu'elle devra ramer fort pour avoir la bonne imitation.

«Des chanteuses françaises me donneront du fil à retordre. Des voix ressemblent à d'autres voix. Je devrai être prudente. Mais j'ai une technique, bien établie et j'ai un professeur de chant qui m'aide beaucoup», a-t-elle confié.

L'humoriste et chanteur Marc Dupré a eu le mandat de travailler sur la conception de ce spectacle, flanqué de Louis-Philippe Rivard, Josée Fortier, Yves Aucoin et Nicolas Labbé.

À l'origine de ce bon coup, on retrouve René Angélil, le gérant de Véronic DiCaire, qui a invité son ami le producteur français Gilbert Coullier à venir voir au Québec un spectacle de sa protégée.

Coullier, qui s'occupe de plusieurs artistes Québécois en France dont Céline Dion, Garou, Isabelle Boulay et Roch Voisine, a, dit-on, été « ébloui» par le talent et l'humour de Mme DiCaire.

Il a fallu peu de temps pour planifier la série de spectacles, qui débutera dans la Ville Lumière d'abord, dans le sympathique théâtre de Montparnasse, bâti en 1867, et qui a vu passer des gens célèbres comme Maurice Chevalier à ses débuts sur scène.

«C'est un superbe endroit que j'ai visité en août. On voit bien de partout. C'est rouge, magnifique, chaleureux. Des gens importants dont Patrick Timsit et Fabrice Luchini y ont déjà présenté des spectacles», a-t-elle noté.

Avant les prestations, on peut s'attendre à une série d'apparitions à des émissions de télé afin de faire connaître «une autre artiste du Québec» aux Français.

«Mais il n'y a rien de confirmé encore de ce côté», a-t-elle prévenu, bien qu'un plan de match est en préparation du côté promotion.

Outre son «one woman show», Véronic DiCaire participera, le 1er avril, au gala «Paris fait sa comédie». Plus tard, elle partira dans le Midi pour les Sérénissimes de l'humour à Monaco.

La blonde imitatrice vit un véritable conte de fée depuis que l'on a appris son association avec René Angélil, qui a débuté par une participation surprise au dernier spectacle de tournée de Céline Dion au Québec, un secret qui avait été bien gardé jusque-là.

Six mois plus tard, Véronic DiCaire présentait son premier spectacle en solo, au Saint-Denis, un spectacle qui avait été fort bien accueilli par la critique.

En 2009, elle aura donné près de 150 spectacles un peu partout au Québec. En début d'année, son spectacle enregistré au Vieux Clocher de Magog avait attiré un million et demi de téléspectateurs un dimanche soir de janvier sur TVA.

Tout récemment, on remettait à l'artiste un premier «Billet Platine» à la suite de la vente de plus de 110 000 billets de spectacles.