Le Festival international de Jazz de Montréal a dévoilé mercredi ses choix pour l'octroi de ses prix annuels, tout en annonçant la création d'un nouveau prix à l'occasion de son 30e anniversaire, qui portera le nom de son premier lauréat.

Mis à jour le 13 mai 2009
LA PRESSE CANADIENNE

Il s'agit du Prix Bruce Lundvall, qui sera désormais décerné à une personnalité non musicienne qui a marqué le monde du jazz ou contribué à son développement par son action dans l'industrie du spectacle, du disque ou dans les médias.

Le premier récipiendaire, Bruce Lundvall, est le président de la mythique étiquette Blue Note, qui a vu le jour en 1925. Lundvall, qui a passé de nombreuses années chez Columbia dans les années 60 et 70, dirige les destinées de Blue Note depuis plus de 25 ans.

Le prestigieux prix Miles Davis, cette année, va au saxophoniste Ornette Coleman, un des pionniers du free jazz et explorateur de l'avant-garde qui en est à 50 ans de carrière et qui, malgré le fait qu'il s'approche de ses 80 ans, se produira au festival cet été. Ce prix a été créé à l'occasion du 15e anniversaire du festival montréalais dans le but de rendre hommage à un artiste de jazz de renommée internationale, à son oeuvre ainsi qu'à sa contribution au renouvellement du genre.

L'auteur-compositeur-interprète Stevie Wonder, qui livrera un grand concert gratuit au festival, se verra décerner le prix Montreal Jazz Festival Spirit, qui souligne la qualité et l'innovation ainsi que l'influence d'un auteur-compositeur-interprète sur l'ensemble de la musique populaire internationale.

Le guitariste-chanteur John Pizzarelli, quant à lui, se voit octroyer le prix Ella Fitzgerald, lancé lorsque le festival a eu 20 ans, dans le but de récompenser une chanteuse ou un chanteur de jazz de la scène internationale qui se distingue par la portée, la flexibilité et l'originalité de l'improvisation et la qualité de son répertoire.

Quant au prix Oscar Peterson, créé lorsque le festival a eu 10 ans et attribué à un grand musicien de chez nous pour reconnaître sa contribution au jazz canadien et la qualité de son art, il sera remis cette année à la chanteuse Susie Arioli. Celle-ci en sera à une onzième présence à l'événement montréalais.

Enfin, le prix Antonio Carlos Jobim, ira à Toots & The Maytals. Ce prix, créé au 25e anniversaire du festival, récompense un artiste qui s'est particulièrement démarqué dans le domaine de la musique du monde. Toots and the Maytals, formé de Frederick Nathaniel «Toots» Hibbert, Jerry Mathias et Raleigh Gordon, est considéré comme l'un des plus grands groupes vocaux de Jamaïque.