L'Orchestre symphonique de Montréal propose ce dimanche aux 5 à 12 ans un concert-spectacle sous forme d'initation joyeuse au concerto, à la symphonie et à l'opéra. À la rencontre d'un Wolfgang exubérant, en chair et en os, et de jeunes solistes personnifiant au piano le «petit Mozart» et André Mathieu.

Publié le 3 févr. 2011
Marie-Claude Girard LA PRESSE

L'orchestre en est encore aux premières mesures quand la petite Juliette (Mélanie Delorme) fait irruption à vélo, son lecteur de MP3 pulsant au rythme d'une chanson de Marie-Mai. Quelques minutes plus tard, le grand Wolfgang lui-même (Éloi Cousineau) apparaît à son tour et trébuche sur la bicyclette, «étonnant objet de métal».

Tandis que Mozart découvre le monde moderne, la petite fille apprend à connaître cet étrange personnage «déguisé» qui lui fera découvrir différents styles de musique : le menuet (une danse à pas menus), le concerto (un combat ou un dialogue entre l'orchestre et un soliste), l'opéra ou la symphonie.

Le chef Stéphane Laforest sera également mis à contribution pour expliquer à un Mozart éberlué comment on est passé du pianoforte au grand piano de concert, ou d'un orchestre d'une quarantaine de musiciens, du temps de Mozart, à un ensemble d'une centaine de musiciens, comme celui de l'OSM. On comprend Wolfgang d'être impressionné, surtout que pour illustrer à la fois sa puissance et le principe de la symphonie, l'orchestre lui proposera illico un extrait enflammé de Tchaïkovski, tiré de la Symphonie no 4.

Le concert La magie de Mozart, déjà présenté quatre fois à des groupes scolaires, est proposé au grand public dimanche dans le cadre de la série Jeux d'enfants. Lors de la représentation d'hier après-midi, les écoliers qui avaient pu se rendre malgré la tempête ont fait preuve d'une grande attention.

Bien connus du jeune public, les comédiens ont participé à la conception du spectacle avec la responsable du volet éducation de l'OSM, Suzanne Ferland. Éloi Cousineau - le vilain Riù dans Kaboum -, campe un Mozart exubérant et drôle, au jeu très physique. Mélanie Delorme, qui a animé pendant quatre ans l'émission Banzaï, interprète le rôle de Juliette, petite fille moderne et délurée.

Mis au défi de prouver qu'il est LE véritable Mozart, celui-ci entreprend d'accompagner l'orchestre dans la Symphonie des jouets (composée par son papa Leopold) avec la bicyclette de Juliette, une boîte de jus et sa flûte à bec. Le vélo remplace la crécelle, la flûte à bec le coucou, et un appeau rossignol est habilement caché dans la boîte de jus. Un petit tour de force pour le comédien, qui s'en tire avec brio.

De jeunes solistes de l'âge du public, Alexandra Martin et George Yulong Hua, emprunteront dimanche la perruque du petit Mozart en interprétant respectivement un extrait du Concerto no 21 (à 13 h 30) et du Concerto no 8 (à 15 h 30). Impressionnant, le jeune Matthew Iamonico, qui servit de doublure dans le film sur André Matthieu, jouera lors des deux représentations le fougueux Concertino no 2 du compositeur québécois alors que la soprano Suzanne Rigden chantera le célèbre air de la Reine de la nuit de La flûte enchantée, autre prouesse technique susceptible d'impressionner les jeunes oreilles.

Et parce qu'il faut bien «accrocher» les auditeurs avec ce qu'ils connaissent déjà, la jeune Juliette emmènera Wolfgang au cinéma voir Pirates des Caraïbes, l'occasion d'interpréter une pièce récente et de faire entendre aux jeunes auditeurs les différentes possibilités de l'orchestre.

Les matinées scolaires font partie du mandat de l'OSM depuis sa création, signale Suzanne Ferland. Wilfrid Pelletier en avait fait d'ailleurs une condition essentielle à la formation de l'orchestre. 15 000 élèves ont assisté cette saison aux matinées scolaires. Le prochain concert jeunesse est destiné aux adolescents et sera présenté gratuitement dans le cadre de la Nuit blanche, à 22 h le samedi 26 février au Complexe Desjardins. En compagnie des animateurs de l'émission Les pieds dans la marge, l'orchestre offrira entre autres des pièces de Vivaldi, Stravinski et Bernstein.

_______________________________________________________________________________

La magie de Mozart, Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Dimanche, 6 février à 13 h 30 (français) et 15 h 30 (bilingue).