Guy Lavoie, 65 ans, pré-retraité : «C'est magique. C'est un très grand musicien. En général, les musiciens dans le métro ne sont pas très bons. Mais lui, il est du calibre de la Place des Arts! On va certainement le revoir un jour comme soliste dans un grand orchestre. Je suis un mélomane. Je lui offrirais d'endisquer tout ce qu'il fait.»

Publié le 24 oct. 2009
LA PRESSE

Élise Fortier, 29 ans, étudiante : «Il est particulièrement doué! J'ai déjà étudié le violoncelle et j'écoute beaucoup de classique. C'est Alexandre Da Costa?  Ah oui? Je l'écoute à la radio. Je crois qu'Edgar Fruitier l'aime bien.»Marie, 40 ans, professeur de piano : «Très honnêtement dans le brou-ha-ha du métro je n'ai rien remarqué. Je n'ai pas entendu de différence avec les autres musiciens qui jouent habituellement dans le métro et je n'aurais jamais pu vous dire qu'il jouait sur un Stradivarius... Je lui ai donné de l'argent parce que j'aime encourager les jeunes. C'est eux qui en ont le plus de besoin.»

Vanessa Liboiron, 21 ans, étudiante à l'UQAM : «Il est vraiment écoeurant! Son niveau est trop haut pour le métro.»

Léa Bernard-Desrosiers, 21 ans, étudiante à l'UQAM en communication et politique : «J'ai regardé le reportage du Washington Post qui a circulé de façon virale sur internet et je suis bien contente de ne pas m'être fait prendre! Je ne savais pas qu'il s'agissait d'Alexandre da Costa, mais après quelques secondes, j'ai immédiatement su que c'était quelqu'un de haut calibre. C'est dommage que tant de gens passent comme si de rien n'était, même s'ils sont pressés. Je pense que c'est parce qu'au Québec on ne s'y connait pas assez en musique classique. Je devais aller étudier pour mon examen tout à l'heure, mais je pense que je vais rester.»

Carole Pelletier, guide au Château Ramsay où Alexandre da Costa a joué à ses débuts : «Remarquer quoi? C'est Alexandre da Costa? Mon Dieu, je ne l'ai pas reconnu! Je pense que j'étais trop absorbée dans ma journée, mais maintenant que vous me le dites, il y a une différence dans la qualité, c'est clair. Au point de vue du son, par contre, ce n'est pas un endroit idéal. Je n'aurais pas pu vous dire que c'était un violon exceptionnel.»

Haithem Fannami, 28 ans, étudiant : «Je n'ai rien remarqué de particulier. Je suis totalement surpris! J'ai peu d'intérêt pour la musique classique, il n'y a pas assez de rythme. C'est le genre de musique que j'écouterais en mangeant ou en dormant. Je ne me déplacerais pas pour entendre ce type de musique.»

Alix, 15 ans. Elle a enlevé un écouteur de son iPod où jouait du Cold Play lorsqu'elle est passée devant da Costa : «À part le fait qu'il jouait vite je ne me suis pas rendue compte que c'était un bon violoniste. Maintenant que je le sais il a l'air pas mal meilleur! La musique classique c'est de la musique de pépère.»

Guy Lagarde, cantonnier à la STM qui l'avait déjà vu en concert aux Jeunesses musicales de Orford : «Lorsque je l'ai vu, j'ai tout de suite pensé au reportage avec Joshua Bell... C'est un musicien qui a une bonne carrière et dont on parle assez souvent dans les médias alors je serais extrêmement surpris d'être le seul à le reconnaître aujourd'hui.»

Serge, inspecteur à la STM : «Je suis un mélomane, donc j'ai tout de suite vu la différence. Je l'ai même dit à mes collègues en arrivant il y a trente minutes. Il est vraiment très bon.»

Clément Topping, 48 ans, travaille dans le milieu culturel : «Oui, je l'ai reconnu. C'est probablement Alexandre da Costa. Non seulement je l'ai vu, mais je l'ai entendu, malgré mes écouteurs!»

Valérie de Niverville, 19 ans, étudiante dans un domaine connexe à la musique : «J'ai deviné tout de suite que c'était une expérience (parce qu'elle l'a reconnu). Je joue du violon et j'ai deux albums de lui.»

Dario de Facendis, 54 ans, professeur de philo : «Il joue très bien. J'ai un rendez-vous dans 10 minutes, sinon je me serais arrêté pour écouter.»

Louise Desmarais, n'a pas voulu donner son âge, ni son occupation : «Sa musique m'a attirée. On voit que c'est de la qualité. Je l'écoute parce que c'est beau.»

Meredith Hayes, environ dans la trentaine, travaille en éducation : «C'est un musicien très accompli. J'aime particulièrement la musique classique... Je crois qu'elle inspire la créativité plus que n'importe quelle autre sorte de musique.»