Après avoir enflammé mercredi soir le Zénith de Paris, les Cowboys fringants mettent un point final jeudi soir à Nantes à une année particulièrement bien remplie: plus de 50 000 spectateurs les ont vus au cours de leurs deux tournées en France en 2009.

Mis à jour le 25 nov. 2009
Michel Dolbec LA PRESSE CANADIENNE

«En termes de remplissage, c'est une des meilleures tournées de l'année, dernière celle de M (Mathieu Chédid)», soulignait leur gérant Claude Larivée dans les coulisses du Zénith, juste avant que les Cowboys ne remontent sur scène après quelques minutes d'entracte.

Les Cowboys fringants avaient fait des débuts fulgurants il y a trois ans à l'Élysée Montmartre. On aurait pu avoir affaire à un phénomène sympathique, mais éphémère: ça n'a pas été le cas. Au contraire, Karl Tremblay et ses trois complices sont rapidement devenus en France une sorte de groupe culte, qui vend peu de disques (150 000 environ) mais peut s'offrir en quelques mois trois passages à l'Olympia et une tournée des Zéniths (5000 places minimum) aux quatre coins du pays, comme à Lyon, Lille et Strasbourg ces derniers jours.

Les Cowboys auront ainsi fait en sol français en 2009 une vingtaine de «grosses dates», sans montrer le moindre signe d'usure. Leurs fans en tout cas ne se lassent pas: au Zénith de Paris (aménagé dans sa configuration de 6000 places), ils ont fait avec eux un énorme «party», débridé, délirant et bruyant.

«Les instruments de mesure ont montré que la musique était à 100 décibels et la foule à 110», notait avec amusement Claude Larivée.

Le moment va passer à l'histoire: les Cowboys fringants en ont profité en effet pour enregistrer un album live.

Après leur spectacle à Nantes jeudi soir, ils reprennent la route au Québec pour une tournée qui connaîtra son point d'orgue à Montréal, au Centre Bell, le 31 décembre.