Après avoir écrit une biographie controversée sur les fêtes extravagantes de Guy Laliberté et un essai niant le suicide de Kurt Cobain, l'auteur québécois Ian Halperin récidive, cette fois, avec un ouvrage sur Michael Jackson. Même si la Cour supérieure a récemment ordonné le retrait des copies non vendues de la biographie du créateur du Cirque du Soleil, la maison d'édition Transit ne craint pas d'être poursuivie par l'entourage du chanteur.

Mis à jour le 11 juill. 2009
Daphné Cameron LA PRESSE

Michael Jackson : Les dernières années sera vendu au Québec à compter de lundi.

> Consultez quelques extraits du livre de Ian Halperin  

Au départ, la biographie rédigée pour souligner le retour du roi de la pop lors d'une série de concerts à Londres devait être tirée à 40 000 exemplaires. Mais la mort du chanteur a engendré un intérêt monstre de la part de maisons d'édition à travers le monde.

Grâce à des ententes entre la maison d'édition québécoise Transit et des éditeurs comme Hachette, en France, et Simon & Schuster, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, plus d'un million d'exemplaires ont été imprimés. À partir de la semaine prochaine, 500 000 exemplaires seront distribués aux États-Unis et 100 000 en France.

Pour le président et éditeur de Transit, Pierre Turgeon, il s'agit du «plus gros coup de l'histoire de l'édition au Québec».

«Sa mort a tout changé», a-t-il expliqué. «Au départ, la biographie s'annonçait être un livre qui allait faire des ventes raisonnables, mais rien à tout casser. Maintenant, on se retrouve avec un livre d'intérêt planétaire qui est le seul à raconter les derniers moments de sa vie.»

Fait inusité, la biographie aurait été envoyée à l'impression le jour du décès de Michael Jackson.

«Il (le livre) était en train d'être imprimé depuis une demi-heure quand j'ai appris qu'il venait de mourir», a expliqué Pierre Turgeon. «J'ai dû téléphoner au contremaitre de nuit à quatre reprises pour lui dire de stopper les presses ! Sinon, les 40 000 exemplaires auraient été invendables. J'ai vraiment eu chaud.»

Auteur controversé

Ian Halperin est un journaliste québécois surtout connu pour son blogue sur les célébrités du showbiz et pour ses biographies non autorisées de vedettes comme Céline Dion ou James Taylor.

Il a récemment attiré l'attention des médias américains en prédisant la mort de Michael Jackson à un jour près, six mois d'avance. Halperin a également fait les manchettes au Québec il y a quelques semaines en publiant une biographie non autorisée sur Guy Laliberté.

Hier, la Cour d'appel a maintenu l'ordonnance de retirer toutes les copies non vendues de la biographie du créateur du Cirque du Soleil.

Par ailleurs, la Cour supérieure a également maintenu, hier, une ordonnance de non-publication du livre jusqu'à jeudi. Si les deux parties ne s'entendent pas sur une version épurée avant cette date, ils devront retourner devant le tribunal.

Malgré la distribution d'une version anglophone de Michael Jackson : Les dernières années aux États-Unis, mardi, Pierre Turgeon ne craint pas d'être poursuivi pour diffamation par la famille Jackson. Le livre d'Halperin allègue pourtant que le roi de la pop est homosexuel et parle de ses problèmes de dépendance aux médicaments. De plus, plusieurs sources citées sont anonymes.

«Les lois les plus sévères en matière de diffamation sont en Angleterre. Le livre a été lu par nos avocats et par ceux de Simon & Schuster au Royaume-Uni. Partout, on nous a donné des O.K.», a-t-il précisé.

«Ian Halperin a écrit 13 livres et il n'a jamais été poursuivi, a ajouté l'éditeur. Toutes ses entrevues ont été enregistrées. Tout ce qui est dit a été documenté.»

Pour Pierre Turgeon, les propos relayés par l'auteur ne sont pas sensationnels.

«Ce qui m'a frappé dans le livre de Ian, c'est la cupidité de l'entourage de Jackson. L'organisation des concerts à Londres visait à générer des centaines de millions de revenus alors que c'était au-dessus de ses forces vu son état de santé. Ils savaient très bien qu'il ne pourrait pas réaliser la chose. Quels que soient les résultats de l'autopsie, c'est la cupidité qui a tué Michael Jackson.»