Près de deux ans après la sortie de son disque éponyme, Forestare fait sa rentrée montréalaise ce soir et demain au Théâtre Outremont.

Mis à jour le 11 févr. 2009
Paul Journet LA PRESSE

«On voulait prendre le temps de monter un spectacle original, avec des projections vidéo et une nouvelle mise en scène. On a réussi à créer une petite promenade dans le bois, je pense», raconte Alexandre Éthier, fondateur et directeur artistique de Forestare.

 

L'ensemble contemporain (12 guitaristes, un contrebassiste et un chef) a été fondé en 2002. Il se compose surtout de jeunes âgés entre 25 et 35 ans, pour la plupart diplômés en musique de l'UQAM.

Le groupe interprète des oeuvres contemporaines. Il réarrange certaines pièces de pointures comme Steve Reich (Electric Counterpoint). Mais la plupart des pièces sont des inédites commandées à des compositeurs québécois comme Denis Gougeon, Pascal Sasseville Quoquochi ou François Gauthier.

Ces commandes permettent au groupe de conjuguer musique et environnement, explique Éthier. «Notre démarche, c'est de combiner les deux. Les compositeurs utilisent donc cela comme leitmotiv. Ils s'inspirent du bois et de la nature, ils imitent des sons de criquets ou de branches qui craquent.»

Ceux qui ont déjà assisté aux concerts de Forestare au Festival de jazz ou ailleurs en province le savent déjà. Leur arsenal de cordes frappe par sa force évocatrice. Cette force, la scénographie la magnifiera ce soir, promet Éthier. On apercevra notamment des projections signées ISCA Productions. Elles montreront des images des usines pétrochimiques de l'est de Montréal et aussi de fermes de Montérégie.

«C'est pour évoquer deux problèmes environnementaux: notre dépendance au pétrole et une certaine agriculture. On devrait en parler aussi un peu dans nos interventions, mais on n'insiste pas trop. On n'écoeure pas non plus le public.»

Forestare présentera aussi des pièces qui devraient figurer dans leur prochain disque, dont l'enregistrement doit débuter en septembre prochain. «Ça comprend aussi au moins un bonbon espagnol, comme tout bon show de guitare», lance Éthier.

Collaborateur au dernier disque, Richard Desjardins ne sera pas au Théâtre Outremont. Le groupe accueillera plutôt un autre invité spécial, Alexandre Désilets. Il chantera L'éphémère. «Je n'aime pas trop les collaborations entre la pop et les orchestres symphoniques, avoue Éthier. Ça tombe trop souvent dans le crémage. Mais je pense qu'on évite cela. La guitare reste toujours intimiste, elle laisse la voix à l'avant-plan. Ça ressemble à une harpe de 100 cordes qui accompagne un chanteur.»

Autre aspect singulier: pas de lutrin ou de partitions aux concerts de Forestare. «On connaît les pièces par coeur. Ça permet plus de spontanéité. On peut se laisser aller, ajouter des pointes d'émotion. L'énergie devient parfois presque rock. Comme plusieurs autres membres du groupe, j'ai commencé à jouer de la guitare à 13 ou 14 ans avec des tounes de Metallica. Ça reste.»

______________________________________________________________________

Forestare, en concert ce soir et demain à 20 h au Théâtre Outremont.