Problèmes techniques sur Tou.tv. Si plusieurs internautes se plaisent à suivre les intrigues des nouvelles séries télé sur ce portail géré par Radio-Canada plutôt qu'au petit écran, d'autres moins chanceux, qui souhaiteraient eux aussi regarder les épisodes de La vie, la vie ou encore ceux des Rescapés sur leur ordinateur, se retrouvent le plus souvent plongés dans la plus grande noirceur... Impossible en effet pour certains utilisateurs de visionner les vidéos offertes sur le site. Il ne suffit que d'un clic pour que leur écran devienne complètement noir.

Publié le 5 janv. 2011
Nathaëlle Morissette LA PRESSE

Depuis l'automne dernier, Guy Brosseau ne peut visionner aucun contenu en ligne sur Tou.tv. Ce résidant de Saint-Constant a tenté en vain de regarder des vidéos sur les deux ordinateurs qu'il possède à la maison. Rien n'y fait. Pourtant, M. Brosseau peut voir aisément les vidéos offertes sur d'autres portails. Pour tenter de régler le problème et enfin voir apparaître la lumière dans son écran, il a fait parvenir un courriel à Tout.tv. À ce jour, il n'a reçu aucune réponse. Et son cas est loin d'être isolé. D'autres utilisateurs ont également fait savoir à La Presse qu'ils éprouvaient les mêmes difficultés. Il y a quelques mois, plusieurs internautes se sont également plaints dans le cadre d'un forum de discussion sur Facebook.

«Je n'arrive absolument pas à visionner les vidéos, et j'ai des amis pour qui ça fonctionne très bien. Je vérifie de temps en temps, j'ai vérifié un peu plus tôt, mais ça ne fonctionne toujours pas. Et aucune nouvelle de Tou.tv», écrit une internaute. «Je suis tellement contente de voir que je ne suis pas la seule. Ça fait un mois que je tourne en rond. Je n'écoute que des émissions de TVA depuis que le site ne fonctionne plus. Vraiment, chapeau!» ajoute une autre.

Dans un courriel envoyé à La Presse il y a quelques jours, une lectrice raconte que, même après avoir modifié les paramètres de son ordinateur et communiqué avec son fournisseur internet - qui assure n'avoir aucun pouvoir sur la situation -, son écran continue toujours à devenir noir dès qu'elle tente de démarrer une émission. C'est donc avec tristesse qu'elle affirme avoir manqué la seconde saison d'En audition avec Simon, puisque son problème persiste depuis l'automne.

Devant ces critiques, Tou.tv assure prendre le problème au sérieux. Une «équipe diagnostic» a même été formée afin d'effectuer différents tests et de trouver des pistes de solution, a indiqué hier la porte-parole, Marie Tétreault. Elle explique également que les utilisateurs n'éprouvent pas tous le même type de problème. Certains doivent revoir leurs paramètres, d'autres leur version de logiciel ou encore leur connexion internet. «Il n'y a donc pas une seule solution», souligne Marie Tétreault.

«On veut que les gens soient satisfaits, ajoute-t-elle, mais parfois le problème ne vient pas de chez nous. Et il faut dire que la grande majorité des internautes n'ont pas de difficultés.»

Fin de l'aventure pour Dansmatele.ca

Par ailleurs, le webmagazine Dansmatele.ca a tiré officiellement sa révérence lundi, après trois ans d'expérience. Faute de temps et surtout d'argent, Pierre Luc Cloutier, Annie Fortin et Marie-Claude Lévesque, instigateurs du projet, qui portaient également les chapeaux d'animateurs et de producteurs de la webémission, ont donc décidé de mettre fin au projet qui consistait notamment à informer les internautes sur les tendances et les nouveaux projets télévisuels.

Le trio - qui a couvert bon nombre de lancements télévisuels et de plateaux de tournage - a mis en ligne lundi un montage vidéo des meilleurs moments de l'émission. «Si ça nous payait 50$ par mois chacun, c'était beau», indique Pierre Luc Cloutier, qui ajoute du même souffle que Dansmatele.ca n'a jamais bénéficié d'un programme de subvention.

Le tournage de l'émission se faisait au beau milieu du salon de Pierre Luc Cloutier et lors de la couverture de leur premier gala, les trois comparses avaient installé, au beau milieu du parc situé en face du Monument National, des chaises achetées chez IKEA.

La fin de ce webmagazine est en quelque sorte le reflet de l'industrie québécoise de la télévision conçue pour l'internet, estime l'animateur. Beaucoup d'idées et de débrouillardise, mais peu de moyens financiers. Résultat: plusieurs webémissions peinent à survivre. «Ce n'est pas parce que tu as un succès d'estime, rappelle Pierre Luc Cloutier, que tu as le budget pour faire rouler ton projet.»