Les lock-outés du Journal de Montréal ne chômeront pas cet automne. Les journalistes de Rue Frontenac s'apprêtent en effet à lancer un hebdomadaire gratuit qui sera distribué dans la grande région montréalaise dès la fin du mois d'octobre.

Nathalie Collard LA PRESSE

Le nouvel hebdo, qui risque de venir perturber le marché publicitaire des hebdos de quartier et de l'hebdo culturel Voir, comptera 48 pages et quatre sections: sports, nouvelles, affaires et culture. Il se consacrera aux reportages, à l'enquête, à l'analyse et à la critique alors que le site ruefrontenac.com, lui, continuera à couvrir la nouvelle au quotidien.

«Il reste encore des fils à attacher du côté de l'imprimeur et de la structure rédactionnelle, explique Richard Bousquet, vice-président à la rédaction du Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal (STIJM). Rue Frontenac se finance entièrement grâce à la publicité et ce sera la même chose pour l'hebdomadaire.»

Au nombre d'une centaine, les artisans de Rue Frontenac devraient voir leurs rangs grossir au cours des prochaines semaines puisque d'autres employés en lock-out viendront prêter main-forte à leurs collègues pour produire la version papier. Doit-on s'attendre à une campagne de financement publique? «C'est encore objet de discussion pour l'instant», répond M. Bousquet.