Maman mais pas «matante» était son credo. Les chroniques web de Marie-Julie Gagnon sur les aléas de la maternité se retrouvent désormais sous reliure chez Michel Lafon. Rencontre avec une Mama Cool.

Jade Bérubé, collaboration spéciale LA PRESSE

Marie-Julie Gagnon, c'est la cool mama dont certaines ont suivi les aventures pendant plus d'un an sur le site web de Sympatico. Aujourd'hui publiées sous forme de recueil, les capsules se lisent presque comme une «chick lit» pour maman. «Quand on vient d'avoir un enfant, ça déboule. Il arrive tellement de choses, lance l'auteure. On est si déstabilisé que du jour au lendemain, tout devient une aventure rocambolesque. La moindre petite chose est propice à mille péripéties.» Ce n'était pas la première fois que la reporter globe-trotter s'amusait à livrer ses impressions. À l'image des Cartes postales d'Asie (Mémoire d'encrier), Mama Cool expose aussi l'intimité de Gagnon. «Disons que dans chaque chapitre il y a une très grande part de réalité que j'ai parfois grossie à la loupe, explique-t-elle. C'est un exercice d'autodérision. Mais je crois que cette légèreté permet de traiter de choses plus profondes.»

Comme la peur de l'accouchement, par exemple. Ou la sexualité post-partum. Certains passages sont aussi délicieusement à contre-courant, telle cette visite cauchemardesque dans une maison de naissance. «Attention, l'environnement ne me convenait pas, mais j'aurais adoré accoucher avec une sage-femme à l'hôpital, nuance l'auteure. Or, dans ces cas-là, il faut sortir la journée même! Ce qui est dommage en ce moment, c'est qu'il n'y a pas moyen d'adapter l'accouchement à nos besoins personnels. Oubliez ça, le plan de naissance! S'il faut accoucher avant la fin du shift du médecin, ça prend le bord! Il y a donc les extrêmes, mais il n'y a pas de possibilité d'être dans le milieu.»

Montées de lait

Sans en avoir vraiment l'air, Marie-Julie Gagnon signe presque ici un petit manifeste. «Je vois mes chroniques comme plusieurs courtes montées de lait humoristiques qui cachent aussi certaines frustrations, c'est sûr. Il y a tellement de choses au quotidien qui nous tombent sur les nerfs quand on devient mère. Par exemple le fait que nos enfants deviennent des propriétés publiques. Les gens se permettent tellement de commentaires... Aussi, on ne sait jamais comment on va réagir tant qu'on n'est pas dedans. Moi par exemple, je voulais être une mère parfaite. Or, j'ai lâché prise.

«On tombe toutes un peu dans le piège de la transformation extrême en devenant mère, poursuit-elle. Peut-être que certaines ont des révélations, mais je crois qu'il vient un temps où il faut retrouver un équilibre.» Rester soi tout en acceptant que l'on change, ne serait-ce pas la nouvelle conciliation vers laquelle doivent tendre les mères du millénaire? «C'est le défi de la vie tout court, répond Gagnon. Il y a simplement des expériences qui accélèrent le processus. Partir vivre à l'étranger en est une. Avoir un enfant aussi. Ce sont des expériences qui nous confrontent à nos valeurs.»

Il y a aussi ce marché pour bébé qui a pris des proportions exponentielles à coups de Bugaboo et de Baby Bjorn, marques branchées que Gagnon insère sans scrupule dans ses écrits. «Il y a aujourd'hui des marchés pour tout, même pour l'écologie, se défend-t-elle. Je ne crois pas qu'il est possible aujourd'hui de ne pas être influencé par les tendances. On nous cible, surtout nous les femmes, pour un tas de choses. Alors, je ne me sens pas davantage victime dans le cas précis de la maternité. C'est totalement assumé. C'est déjà un paquet de troubles d'acheter une poussette, alors je ne culpabiliserai personne d'y avoir pris un peu de plaisir!»

Et maintenant? Petit trésor a grandi et maman va de surprise en surprise. «Je voyais la maternité comme la fin de ma vie d'avant; j'avais accepté les deuils qui en découlaient, dont celui d'être un jour une auteure. Or, je me rends compte aujourd'hui que c'est ma fille qui me permet d'écrire un livre. Quand je vous dis que la maternité est une suite d'imprévus! Mais je souhaite élargir de nouveau mon champ d'horizon pour ne pas rester centrée sur ça. Je me suis rendu compte que mes intérêts d'avant existent encore», conclut-elle en riant.

 

***

Mama Cool

Marie-Julie Gagnon

Michel Lafon, 253 pages, 24,95$