Albert Uderzo, le dessinateur d'Astérix, estime que les accusations portées par sa fille Sylvie à la suite de la cession d'une participation majoritaire des Éditions Albert-René au groupe Hachette Livre «vise à abuser les lecteurs d'Astérix».

Mis à jour le 26 janv. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Se voir accuser par sa propre fille, dans les colonnes du «quotidien de référence», d'être un vieil homme manipulé et flatté dans sa cupidité insatiable par les gnomes de la finance, est déjà assez indigne», écrit-il dans un texte dont il a adressé lundi une copie à l'AFP.

Dans Le Monde du 14 janvier, Sylvie Uderzo avait dénoncé les conditions de la prise de contrôle par Hachette Livre des Éditions Albert-René, qui publient les albums d'Astérix. Elle affirmait alors entrer «en résistance», en évoquant «une manipulation» dont son père aurait été victime de la part d'«une poignée de conseillers de l'ombre».

«Ce qui a été cédé n'est rien de plus que des actions d'une société d'édition, les Éditions Albert-René, que j'ai créée en 1979», écrit notamment Albert Uderzo, âgé aujourd'hui de 81 ans. «L'accusation dirigée contre moi n'est pas seulement inspirée par l'appétit de pouvoir, elle vise à abuser les lecteurs d'Astérix en confondant de manière perfide ma qualité d'auteur et celle d'actionnaire d'une maison d'édition», poursuit-il.

Le dessinateur souligne qu'il a décidé de céder à Hachette Livre ses participations dans Albert-René «dans le seul objectif de préserver l'oeuvre entreprise avec René Goscinny et de l'asseoir dans la durée».

«J'ajoute que l'usage de la formule «j'entre en résistance» avec toutes les références héroïques, auxquelles elle renvoie, au soutien d'une campagne ou l'indignité filiale le dispute à l'esprit de lucre, a de quoi choquer le vieil homme que je suis qui croyait que plus rien ne pourrait l'étonner», conclut-il.

Ancienne directrice générale d'Albert-René, Sylvie Uderzo détient toujours 40 % de la maison d'édition.

Lors de la cession à Hachette Livre, Albert Uderzo a encore accepté qu'Astérix lui survive et que la série puisse se poursuivre après sa disparition, ce que dénonce également sa fille.