Trois auteurs, trois styles, trois incontournables... Les polars qui suivent semblent annoncer une nouvelle saison de parutions placée sous le signe de la qualité!

Mis à jour le 1er oct. 2010
Norbert Spehner, collaboration spéciale LA PRESSE

En 2008, puis en 2009, R. J. Ellory nous avait séduits avec deux chefs-d'oeuvre, Seul le silence et Vendetta (Prix des libraires 2010), des polars hors normes d'une forte intensité dramatique. Il récidive avec Les anonymes, où, une fois de plus, il place des personnages ordinaires dans des situations peu banales (euphémisme!). Le récit commence de manière très conventionnelle: un tueur en série particulièrement sadique est à l'oeuvre à Washington. Il a assassiné quatre personnes selon des modes opératoires identiques et l'enquête est confiée à l'équipe de l'inspecteur Miller. En parallèle avec cette enquête policière, l'auteur nous fait entendre la voix intérieure d'un curieux personnage qui semble mêlé à ces crimes, qui fait d'étonnantes révélations et dont on devine qu'il pourrait être le mystérieux tueur. Mais l'est-il vraiment?

Quand Miller découvre qu'une des victimes vivait sous une fausse identité fabriquée de toutes pièces, l'intrigue prend une direction tout à fait inattendue et le roman policier devient un récit de politique-fiction passionnant, avec une trame historique qui évoque de manière magistrale une des pages les plus sombres de l'histoire américaine contemporaine. Pour Miller et son équipe, l'affaire tourne au cauchemar dès lors qu'elle prend une tournure politique et que certaines agences de renseignements interfèrent avec leur travail. Les anonymes est un récit puissant et captivant qui nous entraîne dans le labyrinthe piégé des secrets les mieux gardés du gouvernement américain. Néanmoins, à cause d'une entrée en matière peu originale, le lecteur met un peu plus de temps à embarquer dans cette histoire ambitieuse bien servie par une écriture impeccable mais qui n'a pas tout à fait l'intensité dramatique des oeuvres précédentes.

Jazz à La Nouvelle-Orléans

Faisant suite à Courir après le diable, Jass, de David Fulmer, est le second volet des aventures hautes en couleur de Valentin St. Cyr, détective créole, responsable de la sécurité dans quelques bordels de La Nouvelle-Orléans au début du siècle dernier. Quatre musiciens de «jass» ont été assassinés à Storyville, le quartier chaud de la ville. Toutes les victimes ont joué dans le même groupe. Il n'y a qu'un survivant et il se cache. À la demande, entre autres, du pianiste Jelly Roll Morton, St. Cyr se lance sur la piste de l'assassin, mais se heurte à l'opposition farouche de la police, du maire et de son patron, Tom Anderson, le grand chef de la pègre locale. Jass est un livre sensuel, envoûtant, qui se déroule dans l'ambiance unique de La Nouvelle-Orléans, baignée de musique de jazz, de bourbon, de vaudou et de meurtres sanglants, avec une trame policière bien ficelée, peuplée de personnages complexes et fascinants.

Les entrailles de l'ordinateur

Avec La maison d'à côté, Lisa Gardner nous propose un roman à suspense particulièrement ingénieux et retors dont l'intrigue est entièrement construite autour d'un personnage. Sandra Jones, jeune maîtresse d'école et mère modèle, a disparu. Le principal suspect est son mari Jason, un homme qui semble cacher bien des secrets. Il élude la plupart des questions, se montre très réticent à collaborer avec D. D. Warren, la belle et jeune inspectrice chargée de l'enquête, et ne tient pas à ce que l'on fouille dans les entrailles de son ordinateur, un instrument de travail familier dont on nous révèle ici bien des aspects inquiétants. En effet, l'informatique et l'internet jouent un rôle essentiel dans cette intrigue captivante qui a pour seul défaut une fin explosive précipitée avec une faille logique (pour ne pas dire une invraisemblance) que l'auteur aurait pu nous épargner. Mais cela n'enlève pas grand-chose à la qualité de ce suspense angoissant qui repose entièrement sur les épaules de l'énigmatique, inquiétant et déroutant Jason Jones, un expert en dissimulation! Du grand art!

___________________________________________________________________________

* * * *

Les anonymes. R. J. Ellory. Sonatine, 690 pages, 34,95 $.

* * * *

Jass. David Fulmer. Rivages, 362 pages, 34,95 $.

* * * *

La maison d'à côté. Lisa Gardner. Albin Michel, 420 pages, 29,95 $.