Le très populaire romancier Michel David, auteur des sagas historiques À l'ombre du clocher, Chère Laurette et Un bonheur si fragile est décédé mercredi, ont annoncé hier les éditions Hurtubise. En moins de dix ans, le professeur de français à la retraite était devenu l'un des écrivains les plus lus du Québec, avec plus de 800 000 copies vendues.

Mis à jour le 6 août 2010
Marie-Claude Girard LA PRESSE

Michel David était atteint d'un cancer. Sa maison d'édition le savait malade depuis plusieurs mois.

Né en 1944, il a enseigné le français au secondaire dans la région de Montréal pendant 33 ans. Il a également écrit des dizaines de dictionnaires et autres ouvrages pédagogiques pour les éditions Guérin.

En prenant sa retraite de l'enseignement, il y a une dizaine d'années, il a choisi de se consacrer à la fiction. Sa première épopée familiale, Le Petit monde de Saint-Anselme, a été publié en 2003 chez Guérin. À partir de 2005, il a publié chez Hurtubise, à raison de trois tomes par année, La Poussière du temps, À l'ombre du clocher, Chère Laurette et Un bonheur si fragile, dont le dernier et quatrième tome sera disponible en novembre.

Contrairement à d'autres auteurs de romans historiques, il ne s'appuyait pas sur des recherches exhaustives, mais sur ses souvenirs, ceux de sa famille et de ses proches. C'est pourquoi il qualifiait plutôt de «chroniques» familiales ses sagas campées à Montréal et dans les campagnes québécoises.

Avec des dialogues très colorés, un style télévisuel, il aimait faire redécouvrir les moeurs et traditions populaires, des pans de l'histoire du Québec. «C'était un très bon conteur. Il créait des personnages aux caractères particuliers, extrêmement colorés, qu'on aime beaucoup ou qu'on aime détester, souligne son éditeur, Arnaud Foulon. C'était un bourreau de travail. Il écrivait tout le temps, sept heures par jour, six ou sept jours par semaine.» Chaque année, il donnait des dizaines de conférences dans les bibliothèques.

Très prolifique, Michel David avait déjà soumis de nouvelles séries à sa maison d'édition, qui prévoit les publier dans les prochaines années.