Le gouvernement du Québec refuse de prendre part à la «guerre des festivals» et renvoie sèchement les belligérants refaire leurs devoirs.

Mis à jour le 12 août 2009
Martin Ouellet LA PRESSE CANADIENNE

Malgré les appels pressants du Festival d'été et du maire de Québec, le gouvernement a choisi pour l'instant de ne pas intervenir pour empêcher Spectra de devancer en juin la tenue des FrancoFolies de Montréal.

«Qu'ils commencent par s'asseoir entre eux avant de demander à quelqu'un d'autre de régler les problèmes à leur place», a dit le premier ministre Jean Charest, mercredi, en point de presse à Québec.

Tant qu'il n'y aura pas de dialogue entre les parties, le gouvernement n'acceptera pas de tendre l'oreille, a prévenu M. Charest, manifestement irrité par cette nouvelle querelle Québec-Montréal.

«C'est à eux de s'expliquer entre eux, de se dire les choses et voir s'il n'y a pas un terrain d'entente possible au lieu de nous demander d'arbitrer leurs affaires. Ils ne se sont pas assis. Moi je veux voir ça avant», a-t-il martelé.