La Chapelle Sixtine, célèbre dans le monde entier pour ses fresques de Michel-Ange sur la création du monde et le Jugement dernier, souffre de son succès: c'est le cri d'alarme lancé par le directeur des Musées du Vatican, Antonio Paolucci.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il y a une pression due à la présence humaine excessive et nous devons la contrôler de manière attentive et efficace», a déclaré à l'AFP M. Paolucci, soulignant qu'il y a «4,5 millions» de visiteurs par an au rythme de «15 000 à 20 000 par jour».

Les dangers encourus par le chef-d'oeuvre que Michel-Ange a peint entre 1508 et 1512, et qui orne la salle où se déroule le conclave pour l'élection des papes, sont apparus cet été pendant un dépoussiérage.

«Les humains respirent, transpirent et la poussière et l'humidité mettent les fresques en danger», relève-t-il.

Une mise en garde un peu paradoxale alors que les Musées du Vatican ouvrent de nouveau en nocturne les vendredis de septembre et octobre. «Ceci concerne un nombre réduit de personnes et permet de répartir l'impact du public», répond M. Paolucci.

Ce dernier n'imagine pas non plus de réduire le nombre des visiteurs, estimant que «cela ne serait pas juste» alors que les touristes viennent du monde entier pour contempler les fresques.

«Nous devons faire tout notre possible pour protéger la Chapelle Sixtine et ce n'est pas impossible», affirme-t-il, tout en écartant une nouvelle restauration en profondeur comme celle faite à la fin du siècle dernier.

Il demande de «déployer pour la conservation de ce patrimoine pas moins de créativité et d'intelligence que celles des artistes qui l'ont réalisé», relevant qu'«aujourd'hui, les moyens offerts par la science et la technique sont potentiellement infinis».

Et M. Paolucci se déclare optimiste: «l'argent, nous le trouverons. Pour la Chapelle Sixtine, personne ne se dérobe».