Après avoir servi des millions de poutines, les cafétérias scolaires ont dû se débarrasser de leurs fidèles friteuses en 2008. Un virage santé ambitieux a été lancé par le gouvernement du Québec: les écoles ont éliminé les aliments riches en sucre, en gras et les boissons gazeuses (même faibles en calories). Est-ce un succès?

Marie Allard LA PRESSE

«La politique alimentaire, on l'applique, a dit à La Presse Denise Bernachez, directrice du marketing et du développement de Sodexo Québec, qui gère une quinzaine de cafétérias scolaires. Mais je ne vous cacherai pas qu'il y a des jeunes qui ne veulent pas acheter des aliments sains. Au début, ç'a été un enjeu pour nous: nos ventes ont énormément chuté.»

Mme Bernachez s'est alors demandé si c'était le rôle de Sodexo d'éduquer les enfants à l'alimentation équilibrée, «si leurs parents ne l'ont pas fait». Une réflexion alimentée par la vision des élèves quittant l'école le midi pour aller se réfugier «à La Belle Province d'en face», a-t-elle ajouté.

Au fil des mois, le pari a été relevé. Les adolescents se sont habitués à mieux manger. «On a rattrapé le niveau des ventes prévu dans les cafétérias scolaires», a indiqué Mme Bernachez.

Est-ce pareil ailleurs? Impossible de le savoir. Québec n'a toujours pas rendu public le bilan de la mise en oeuvre de Pour un virage santé à l'école, fait dans 600 écoles en 2009. «Un résumé du bilan (...) sera présenté au cours du printemps et un rapport plus complet devrait suivre», a indiqué Esther Chouinard, porte-parole du ministère de l'Éducation.

Ressources limitées

Les ambitions du virage santé étaient grandes, mais les ressources limitées, a déploré Suzie Pellerin, directrice de la Coalition poids. «Le financement n'a pas été à la hauteur des espérances, limitant ainsi les actions sur le terrain», a-t-elle résumé. En 2007-2008, les écoles ont eu à peine 2500$ chacune «pour réaménager les cafétérias, former le personnel, rédiger une politique, etc.», a-t-elle calculé.

«Offrir un menu santé, c'est déjà quelque chose. À un prix abordable pour les élèves, c'est difficile», a ajouté Jean-Rock Beaudoin, président de Slush Puppie Canada, dont la barbotine traditionnelle a été exclue des cafétérias.

Les légumes congelés ont la cote

Les menus sains ont tout de même fait des heureux, dont Bonduelle, leader canadien du légume transformé. «Nos ventes de légumes surgelés à la Commission scolaire de Montréal ont connu une croissance de 15% en volume en 2009-2010, a dit Christian Malenfant, directeur du marketing de Bonduelle Amérique du Nord. On sait que cette croissance-là vient directement de la politique Pour un virage santé à l'école. Et on peut présumer que nos concurrents connaissent la même croissance.»

***

Le retour du lait-école?

La Fédération des producteurs de lait souhaite profiter du virage santé pour promouvoir le retour du lait-école. Elle s'est inscrite au registre des lobbyistes afin d'obtenir l'appui de Québec pour créer «un programme de distribution de lait et de produits laitiers» aux élèves du primaire, «qui serait intégré à un cadre d'éducation à la saine nutrition».

Les ventes des cafétérias scolaires au Canada en 2009

Écoles privées 15,5 millions

Écoles secondaires publiques 83,6 millions

Collèges et universités 191,4 millions

Total 290,5 millions

-Source: Bottin statistique de l'alimentation, Québec, 2010

Pas de mokaccino pour les profs

Une école ne doit pas «offrir des cafés spécialisés dans la salle du personnel», vu leur teneur élevée en sucre, selon le ministère de l'Éducation. Les enseignants peuvent acheter du thé ou du café dans les espaces qui leur sont réservés. Mais pas une boisson sucrée, «dans un souci de cohérence et d'exemplarité», a écrit le Ministère dans un document daté de 2008.

Hot-dogs au tofu à la fête de fin d'année

Les écoles peuvent-elles déroger aux règles de saine alimentation en offrant des friandises à l'Halloween ou à Pâques? Exceptionnellement, oui. Mais dans une fiche d'information sur les événements spéciaux, le ministère de l'Éducation les invite à «faire preuve de créativité en choisissant des aliments ou boissons plus sains (maïs soufflé, pain pita cuit au four assaisonné d'épices, saucisse au tofu, etc.)».