En voyant la détresse gagner la population lors des inondations historiques qui ont touché la vallée du Richelieu le printemps dernier, Michel Fecteau a immédiatement voulu apporter son aide.

Publié le 18 janv. 2012
Ariane Lacoursière LA PRESSE

Celui qu'on pourrait qualifier de «bénévole hyperactif» a créé SOS Richelieu et organisé en un temps record une corvée de nettoyage monstre. L'opération, qui a réuni plus de 3500 bénévoles, a été un franc succès. Et même après cet événement, M. Fecteau a continué d'aider les sinistrés. En tout, l'homme a dû prendre huit semaines de congé à ses frais pour organiser tout ça. Mais il ne le regrette aucunement.

Pour M. Fecteau, aider son prochain est naturel. Selon lui, ce désir remonte à sa plus tendre enfance, qui n'a pourtant pas été facile. Ses parents se sont séparés lorsqu'il était tout jeune. Il a été placé en foyer d'accueil. «On faisait beaucoup de corvées. On donnait le bain aux plus jeunes. On nettoyait. Avec le recul, je pense que j'ai appris de ça», dit l'homme de 62 ans.

Malheureux dans ce foyer, M. Fecteau a enfourché son vélo à l'âge de 11 ans et a fui avec son jeune frère. Il a retrouvé sa mère, qui a accepté de les reprendre. «J'ai appris à ne juger personne. J'ai un caractère positif. Je regarde toujours en avant, j'agis et je veux aider», dit M. Fecteau, qui est très croyant.

Aujourd'hui, M. Fecteau est directeur des ventes chez Déry Toyota, à Saint-Jean. Il s'engage dans une panoplie d'organisations bénévoles, pour lesquelles il fait jouer ses contacts avec la communauté d'affaires de sa région. M. Fecteau fait entre autres partie du Club Lion, il préside le Regroupement des personnes handicapées du Haut-Richelieu et il oeuvre à la Fondation Karibu. Pour la prochaine année, M. Fecteau espère ralentir un peu la cadence pour passer plus de temps avec ses fils et sa femme Denise, l'amour de sa vie depuis 41 ans.