Grâce à Incendies, qui s'est hissé en 2011 parmi les finalistes à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, Denis Villeneuve a cimenté sa réputation internationale.

Publié le 18 janv. 2012
Marc Cassivi LA PRESSE

Célébrée en première mondiale au festival de Venise, l'adaptation cinématographique de la pièce de Wajdi Mouawad a connu une carrière exceptionnelle. «Grâce au rayonnement international du film, j'ai fait des rencontres fascinantes cette année, dont je profite déjà pour la suite», indique Denis Villeneuve, qui prépare des adaptations cinématographiques de romans de José Saramago et Russell Banks.

À preuve, Incendies, qui a pris l'affiche dans une trentaine de pays au cours des 12 derniers mois et remporté de nombreux prix dans des festivals, a entre autres été sacré meilleur film étranger de l'année par l'association des critiques de Boston. Il a, de plus, été sélectionné parmi les meilleurs films de 2011 par des critiques réputés, dont Stephen Holden du New York Times. Incendies a remporté le prix du meilleur film canadien au Festival international du film de Toronto, ainsi que huit prix Génie et neuf prix Jutra en 2011, dont ceux du meilleur film et de la meilleure réalisation.

En juillet, le Festival de Karlovy Vary, en République tchèque, a consacré une rétrospective aux oeuvres du cinéaste de 44 ans, originaire de la région de Trois-Rivière et lauréat, en 1991, de la Course Europe-Asie à Radio-Canada. Son triomphe est plus grand que sa seule consécration internationale. Au Québec, Incendies a attiré davantage de spectateurs que presque tous les films dits «populaires» de 2010.