Les sociétés de transport de Montréal (STM) et de Longueuil (RTL) vont devoir se prévaloir d'une disposition particulière de leurs propres règlements pour décréter des hausses de tarifs pour 2010, après avoir dépassé, hier, le délai normal d'un mois pour en faire l'annonce aux usagers.

Mis à jour le 2 déc. 2009
Bruno Bisson LA PRESSE

En raison de retards accumulés dans de nombreux dossiers administratifs de première importance (comme l'adoption de leur budget), les deux sociétés de transports en commun n'étaient pas prêtes, hier, à annoncer les nouvelles grilles tarifaires qui doivent entrer en vigueur le 1er janvier, pour les services d'autobus et le métro.

 

Des porte-parole des deux sociétés ont toutefois déclaré que les hausses de tarifs moyennes pourraient s'élever entre «1,75% et 2,25%», à la STM, et au-delà de 2%, au RTL. La Société de transport de Laval (STL) n'a pas rappelé La Presse hier.

L'Agence métropolitaine de transport, un organisme provincial qui gère le réseau de trains de banlieue et les services d'autobus métropolitains, a annoncé pour sa part qu'elle proposait une augmentation moyenne de ses tarifs de 1,75% à partir du 1er janvier.

Le vice-président aux communications de l'AMT, M. Pierre-Luc Paquette, a précisé hier à La Presse que les municipalités de la région métropolitaine ont été officiellement informées de cette proposition tarifaire le 2 octobre dernier, et qu'elles ont jusqu'à ce soir pour y répondre, favorablement ou non. L'AMT avait prévu faire l'annonce de ses tarifs 2010 d'ici une semaine.

À la STM et au RTL, les délais risquent toutefois d'être plus longs. Cette situation particulière découle directement de la tenue des élections municipales et des résultats des scrutins du 1er novembre dernier.

Hier encore, ni l'une ni l'autre des sociétés de transports ne disposaient encore d'un conseil d'administration complet, ni même d'un budget annuel pour 2010, adopté dans les règles de l'art.