Après trois ans de travaux et des investissements de 300 millions de dollars, le nouveau secteur d'embarquement à destination des États-Unis est enfin prêt à l'aéroport Montréal-Trudeau. Mais la navette ferroviaire qui reliera l'aéroport au centre-ville de Montréal, elle, est loin d'être terminée.

Catherine Handfield LA PRESSE

Dès demain, les voyageurs à destination des États-Unis devront s'enregistrer dans un tout nouvel édifice attenant à l'aérogare principale. Aéroports de Montréal (ADM) met ainsi la dernière main aux travaux de modernisation de l'aéroport, entrepris en 2000.

 

L'ouverture de la nouvelle jetée devait avoir lieu à la fin mai, mais elle a été reportée en raison de la récession, qui a entraîné une baisse du trafic aérien. Le nombre de passagers a chuté de 6,5% par rapport à l'an dernier, ce qui rendait moins pressante l'inauguration du nouveau secteur, a expliqué James Cherry, président-directeur général d'Aéroports de Montréal.

M. Cherry s'attend toutefois à une reprise imminente. «Nous sortirons de la présente récession avec une aérogare complètement modernisée et agrandie», a-t-il déclaré hier, lors d'un point de presse à l'aéroport.

La zone d'embarquement respectera les nouvelles exigences des États-Unis en matière de pré-dédouanement. Les autorités américaines exigent maintenant que les passagers déposent leurs bagages et soient fouillés avant de se présenter aux douanes américaines. ADM a donc construit un système de récupération des bagages à la fine pointe de la technologie au sous-sol du nouvel édifice.

L'ensemble du projet respecte le budget initial de 300 millions, assure James Cherry. L'installation du système de récupération des bagages a nécessité environ 15% de cette somme, investie en totalité par ADM.

Les étages supérieurs, qui appartiennent à un promoteur, abriteront un hôtel exploité par Marriott et les bureaux administratifs d'ADM. L'ancien secteur des départs vers les États-Unis accueillera des comptoirs supplémentaires pour les vols internationaux.

Navette ferroviaire

Par ailleurs, la gare de la future navette entre le centre-ville et l'aéroport Montréal-Trudeau est achevée au sous-sol du nouvel édifice. James Cherry espère que la navette sera inaugurée en 2013, mais il admet que le projet pourrait nécessiter plus de temps.

En fait, le trajet du futur lien ferroviaire n'est pas encore déterminé. En juin, une étude de faisabilité a été présentée au comité directeur du projet, qui réunit ADM, l'Agence métropolitaine de transport, Transports Canada, Transports Québec, la Communauté urbaine de Montréal et la Ville de Montréal.

Deux possibilités ont été retenues: utiliser les rails du CP jusqu'à la gare Lucien-L'Allier, ou emprunter ceux du CN à destination de la Gare centrale.

«Nous avons donc commandé de nouvelles études complémentaires dont l'échéancier est prévu pour octobre», a indiqué Martine Rouette, conseillère aux communications de l'AMT. Des consultations publiques sur le choix du tracé devraient avoir lieu à l'automne.