Le Rugby club de Montréal et le Club de rugby du parc olympique ont protesté, ce lundi soir, contre l'administration du Plateau-Mont-Royal qui a décidé de ne plus les accueillir sur ses terrains.

Éric Clément LA PRESSE

L'administration de la mairesse Helen Fotopulos et de la directrice Johanne MacKay Falcon se serait bien passée de cette nouvelle controverse. Mais une cinquantaine de joueurs de rugby mécontents avait envahi la salle du conseil pour protester.

La division des Sports, loisirs et développement social du Plateau (dont la responsable est en congé maladie) a refusé l'accès aux terrains aux deux clubs estimant «qu'ils maganent» le gazon sur lequel ils jouent depuis sept ans.

Joueur de rugby, Stéphane Hamel a dit que son sport abîme moins les terrains que le soccer qui entraîne une usure régulière de la zone située près des buts.

«Le rugby est en pleine expansion au Québec, a-t-il dit. Nous demandons d'annuler cette décision prise sans aucune consultation.»

La mairesse Fotopulos a dit que cette question est «examinée avec la ville centre» et qu'une solution sera trouvée. Mais il y a une pénurie de terrains de jeux dans l'arrondissement pour répondre à tous les besoins, a-t-elle ajouté.

Le 24 mars dernier, le maire Gérald Tremblay et le conseiller municipal Michael Applebaum, responsable du sport à la ville-centre, avaient rencontré les représentants du Rugby club de Montréal à l'hôtel de ville les assurant de leur soutien.

La saison de rugby a commencé au Québec et M. Hamel trouve un peu ridicule que la seule solution qui s'offre à ces deux clubs soit d'aller jouer... à Sainte-Julie.

Par ailleurs, durant la séance du conseil d'arrondissement, la conseillère de Projet Montréal, Josée Duplessis, a voulu savoir pourquoi le Plateau-Mont-Royal a cessé d'être le seul arrondissement qui retransmettait en direct sur internet les séances mensuelles du conseil. Elle a proposé un amendement à l'ordre du jour pour discuter de cette suppression. Mais la mairesse Fotopulos a refusé qu'il soit évoqué ce mois-ci.