Une idée pour Montréal ? Abolir les arrondissements. Avec les 19 maires d'arrondissements et celui de la ville-centre, il y a 20 maires à Montréal.

Patrick Lagacé LA PRESSE

C'est ridicule et contre-productif. Et c'est sans doute un des (nombreux) facteurs qui expliquent pourquoi la mairie de Montréal est rarement briguée par des candidats de premier ordre. Qui veut être le maire d'une ville castrée ? Or, un maire fort, qui parlerait fort pour Montréal, quitte à écraser des oreilles gouvernementales à Québec, est une condition incontournable à la relance de cette ville. Il n'y aura pas de grands projets, pas de grand élan sans un grand leader à l'hôtel de ville. Je sais, c'est aussi difficile de détruire la structure actuelle que de remettre du dentifrice dans le tube. Mais on peut toujours rêver.