Au lendemain du dépôt du rapport sur le bruit à l'Aéroport de Saint-Hubert, son directeur général Sylvain Gonthier montre des réticences à mettre en oeuvre rapidement certaines recommandations.

Mis à jour le 21 avr. 2010
Charles Côté LA PRESSE

Le rapport de Steve Flanagan propose de fermer dès cette année la piste la plus problématique (24G), les fins de semaine du 15 mai au 15 septembre, et d'y interdire toute manoeuvre de décollage la nuit, entre 20h et 8h.« Je ne veux rien écarter mais c'est sûr que d'arrêter de voler après 20h00, ça cause un problème pour les écoles de pilotage », a affirmé à La Presse M. Gonthier, directeur général de Développement aéroport Saint-Hubert de Longueuil (DASH-L), l'organisme qui gère l'aéroport.

Il n'a pas écarté par contre de déplacer la piste 24G, ce qui est la principale recommandation du rapport Flanagan. « Le déplacement de la piste c'est quelque chose qu'on regardait », dit-il.

« La balle est clairement dans le camp de DASH-L, dit M. Gonthier. Il y aura une rencontre de notre conseil d'administration. Il faut regarder certaines contraintes, dont les engagements qu'on a pris avec nos locataires. »

Avec l'arrivée d'écoles de pilotage, le nombre annuel de mouvements d'aéronefs est passé de 128 000 en 2005 à 199 000 en 2009.

 

La mairesse endosse le rapport

 

De son côté, la mairesse de Longueuil Carole St-Hilaire n'a pas perdu de temps. Elle a endossé hier soir au conseil municipal l'essentiel du rapport de Steve Flanagan, qu'elle avait mandaté pour se pencher sur les problèmes de bruit à l'Aéroport de Saint-Hubert.

« Nous disposons maintenant d'un plan d'action, a-t-elle indiqué par communiqué. Nous devons créer un élan de solidarité irrésistible pour le porter et le mettre en oeuvre. Alors au travail! »

La mairesse donne ainsi son appui à la principale recommandation de M. Flanagan : déplacer la piste 24G de 600 mètres vers l'est, ce qui permettrait aux avions de faire leur virage avant d'atteindre les zones habitées. Le coût serait de 5 millions et cela pourrait être fait dans un délai de 18 mois.

Elle mandate les représentants de la Ville au sein du conseil d'administration de DASH-L afin qu'ils fassent adopter des mesures permettant de restreindre le nombre d'appareils dès cet été.

Elle a convoqué les membres du conseil d'administration de DASH-L dans les meilleurs délais afin d'étudier les recommandations proposées dans le rapport et en assurer une mise en oeuvre efficace.

Par ailleurs, le Courrier du Sud rapporte que les citoyens de secteurs affectés ont mal accueilli le rapport Flanagan, parce qu'il ne reprend pas leur demande principale, soir la fermeture pure et simple des écoles de pilotage.