Le président français Nicolas Sarkozy en remet. Il a réservé aujourd'hui un enterrement de première classe à la politique de «non-ingérence, non-indifférence», qui définit depuis des années la position diplomatique de la France vis-à-vis le Québec.

Mis à jour le 2 févr. 2009
Tommy Chouinard LA PRESSE

En termes à peines voilés, il a plaidé en faveur de l'unité canadienne lors de la remise de la Légion d'honneur au premier ministre Jean Charest. Sans parler directement du mouvement souverainiste, le président a dit rejeter le «sectarisme» et «l'enfermement sur soi».

«La non-ingérence, non-indifférence, honnêtement, ce n'est pas trop mon truc», a lancé M. Sarkozy à l'Élysée.

«On a dit: tu vas toucher un tabou, encore un. Eh oui. Quand on est sincère, pourquoi un ne pas toucher un tabou?», a-t-il ajouté.

Le président a rappelé qu'à ses yeux les Québécois sont des frères et les Canadiens, des amis. «Je préfère dire aux Québécois que nous sommes de la famille plutôt que de dire: il n'y a pas d'ingérence... Quel amour!» a-t-il affirmé, sous des applaudissements nourris.

Puis, Nicolas Sarkozy a repris à peu de choses près les termes qu'il avait utilisés l'automne dernier à Québec pour manifester son appui à l'unité canadienne. «Croyez-vous que le monde avec la crise sans précédent qu'il traverse a besoin de division? A besoin de détestation?» a-t-il dit.

«Est-ce que pour prouver qu'on aime les autres, on a besoin de détester leurs voisins? Quelle étrange idée! Est-ce que le message de la Francophonie ne doit pas être un message de rassemblement, d'union, un message d'entente, d'ouverture, de tolérance», a ajouté M. Sarkozy.

«Ceux qui ne comprennent pas ça, je ne crois pas qu'ils aiment plus la Francophonie, je ne crois pas qu'ils aient compris le message de la Francophonie, les valeurs universelles que nous portons au Québec comme en France: le refus du sectarisme, le refus de la division, le refus de l'enfermement sur soi-même, le refus de définir son identité par opposition féroce à l'autre.»

Jean Charest a eu une réaction prudente. «Je vous laisse interpréter ses propos», a-t-il répondu aux journalistes. Il s'est toutefois dit convaincu que la politique de «non-ingérence, non-indifférence» réapparaîtrait si un référendum sur la souveraineté était tenu au Québec.

Nicolas Sarkozy a remis les insignes de Commandeur de la Légion d'honneur à Jean Charest. En plus des membres de la famille de M. Charest, plusieurs invités étaient présents: le premier ministre français François Fillon, son prédécesseur Jean-Pierre Raffarin, le secrétaire général de la Francophonie Abdou Diouf, le maire de Québec Régis Labeaume, Luc Plamondon, Garou, Carole Laure, Paul Desmarais de Power Corporation.