Le lieutenant politique de Michael Ignatieff au Québec, le député libéral Marc Garneau, juge «honteuses» les virulentes attaques du chef du Bloc québécois Gilles Duceppe à l'endroit du nouveau ministre conservateur des Ressources naturelles, Christian Paradis.

Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Réagissant au remaniement ministériel du premier ministre Stephen Harper, mardi, Gilles Duceppe a fait une sortie en règle contre Christian Paradis, l'accusant d'être devenu le nouveau «vendeur des sables bitumineux» au Québec. Le chef bloquiste a aussi soutenu que M.Paradis agissait comme un «Québécois de service» du premier ministre. «Ça illustre comment il y a des gens qui servent de Québécois de service à Ottawa et qui sont prêts à tout faire. Et M.Paradis est certainement un bon exemple. Imaginez: le lieutenant politique du Québec se fera le défenseur des sables bitumineux», a affirmé M.Duceppe.

 

Dans une entrevue à La Presse, hier, M.Garneau a soutenu que ce genre de propos est indigne d'un chef de parti politique. «Les attaques de M.Duceppe sont excessives. Je ne suis pas d'accord avec beaucoup de choses que fait M.Paradis ou que son parti fait. Mais le Bloc doit arrêter de traiter de Québécois de service ceux qui ne sont pas d'accord avec lui. C'est vraiment honteux. Il est temps de changer de ton», a dit M.Garneau.

«Je tiens à dénoncer les propos de M.Duceppe et du Bloc. J'entends ce genre de propos tous les jours à la Chambre des communes. J'ai des nouvelles pour M.Duceppe. Les Québécois ont élu M.Paradis. Même si je ne suis pas d'accord avec beaucoup des politiques de son parti, il faut respecter le choix des Québécois. Cela fait partie de la démocratie. J'en ai soupé d'entendre Duceppe et le Bloc parler de cette façon de leurs adversaires», a ajouté le député libéral.

M.Garneau, qui occupe le poste de lieutenant politique de M.Ignatieff depuis trois mois, affirme que les partis fédéralistes à Ottawa traitent le Bloc québécois avec respect et que les députés bloquistes doivent en faire autant envers les élus qui ne partagent pas leur option.

La nomination de M.Paradis a aussi provoqué des remous dans les rangs libéraux. Le député de Terre-Neuve, Gerry Byrne, a laissé entendre qu'il était inacceptable qu'un ministre du Québec soit responsable des Richesses naturelles au moment où le gouvernement de Terre-Neuve est à couteaux tirés avec Hydro-Québec. «Cela m'inquiète de voir que le ministre de l'Énergie du pays (soit du Québec) alors que Terre-Neuve-et-Labrador a des différends importants avec le Québec sur le front énergétique», a dit M.Byrne.

À l'issue d'une réunion du caucus libéral, hier, M.Byrne a tenu à clarifier ses propos en affirmant qu'il est plutôt inquiet de voir que sa province n'a toujours pas de ministre à la table du cabinet. Aux dernières élections fédérales, le Parti conservateur n'a remporté aucun siège dans la province, victime de la croisade du premier ministre terre-neuvien Danny Williams.

Un proche collaborateur de Stephen Harper, Dimitri Soudas, a dit juger inacceptables les propos du député libéral. «Le sentiment anti-québécois au sein des troupes de M.Ignatieff a atteint un nouveau sommet. Depuis quand les Québécois ne sont pas assez bons pour être des ministres influents à Ottawa?» a dit M.Soudas.