Le NPD réclame que la condamnation de Louis Riel pour haute trahison soit annulée par le Parlement et qu'une statue soit érigée en son honneur sur la colline parlementaire afin de l'élever au rang de père de la Confédération.

Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Le député néo-démocrate de Winnipeg, Pat Martin, a profité lundi de l'anniversaire de la pendaison de Louis Riel, le 16 novembre 1885, pour inviter la Chambre des communes à «corriger» cette erreur historique commise à l'endroit de ce leader du peuple des Métis.

En mars 1992, la Chambre des communes et le Sénat ont adopté à l'unanimité des résolutions reconnaissant «les contributions diverses et importantes de Louis Riel au Canada et au peuple métis» ainsi que son rôle unique dans la fondation du Manitoba.

Selon M. Martin, le temps est maintenant venu d'aller plus loin. En point de presse, il a soutenu que cette question fait maintenant consensus dans les provinces de l'Ouest où Louis Riel a longtemps été un personnage controversé. Pour certains, Louis Riel est un héros qui a défendu les intérêts de son peuple devant un gouvernement fédéral déterminé à prendre le contrôle des Territoires du Nord-Ouest occupés par les Métis. Pour d'autres, il est un traître qui a mené une révolte armée ayant entraîné la mort de soldats dépêchés par Ottawa.

Père du Manitoba

«Je crois qu'il y a presque un consensus sur le fait que Louis Riel doit être blanchi et reconnu comme le père du Manitoba et un des pères de la Confédération. Je crois que ce dossier a maintenant cheminé parmi la population et que l'heure est venue d'y donner suite. Ce serait aussi un geste important envers les peuples métis dans le même ordre d'idées que les excuses qu'a offertes le gouvernement fédéral aux peuples autochtones dans le cas des écoles résidentielles», a dit M. Martin.

M. Martin a rappelé que Louis Riel a été élu à trois reprises par son peuple comme député de la Chambre des communes, mais qu'il n'a jamais pu occuper son siège parce que le gouvernement de John A. Macdonald réclamait son arrestation.

Selon le député néo-démocrate, Louis Riel n'a jamais eu droit à un procès équitable et il a été injustement condamné par des autorités désireuses de mettre fin à une révolte dans les Territoires du Nord-Ouest.

«Je crois que sa pendaison a été une grave erreur. C'était un geste délibéré pour se débarrasser d'un agitateur dans l'Ouest canadien. Ils ont pendu Louis Riel en dépit de la loi canadienne et sans tenir compte du contexte», a dit M. Martin.

M. Martin a même déposé un projet de loi privé en décembre 2008 afin que le gouvernement fédéral blanchisse Louis Riel. Ce projet de loi n'a pas encore été adopté.

Lundi, le ministre de l'Immigration, Jason Kenney, a affirmé que le gouvernement fédéral reconnaissait pour la première fois la contribution de Louis Riel dans son nouveau guide destiné aux immigrants publié la semaine dernière. Dans ce guide, on affirme notamment que «beaucoup voient en Louis Riel un héros, un défenseur des droits des Métis et le père du Manitoba». Toutefois, M. Kenney a semblé écarter l'idée proposée par M. Martin.

«Nous reconnaissons le rôle important qu'a joué Louis Riel dans l'histoire du Canada, mais le gouvernement du Canada ne peut revenir en arrière et renverser des décisions qui ont été prises il y a plus d'un siècle», a dit M. Kenney, ministre influent de l'Alberta.