La bataille des Plaines d'Abraham est terminée depuis belle lurette. Seul le Bloc québécois cherche à poursuivre le combat aujourd'hui.

Mis à jour le 14 févr. 2009
Marie Tison LA PRESSE

C'est du moins la perspective du premier ministre Stephen Harper, qui était à Montréal hier pour annoncer l'octroi d'un contrat de formation militaire de 330 millions de dollars au fabricant de simulateurs de vol CAE.«Pour la grande majorité des Canadiens et des Québécois, il s'agit d'un événement historique, ça fait partie du passé, a affirmé M. Harper, en réponse à une journaliste qui l'interrogeait sur la controverse entourant la reconstitution de la fameuse bataille. Il n'y a que le Bloc québécois qui veuille en faire une bataille actuelle et continuer à diviser le pays.»

Le premier ministre a jugé le sujet si important qu'il a tenu à répéter en anglais la réponse donnée d'abord en français.

La Commission des champs de bataille nationaux (CCBN) a prévu d'organiser une reconstitution de la bataille des Plaines d'Abraham cet été pour commémorer le 250e anniversaire de l'événement. Le projet a toutefois provoqué un véritable tollé dans certains milieux. Le Parti québécois et le Bloc québécois ont réclamé son annulation.

M. Harper a déclaré hier que c'était justement le rôle de la Commission des champs de bataille nationaux de reconnaître les grands événements de l'histoire du pays.

À Ottawa, cette semaine, le Bloc québécois a obtenu que le président de la CCBN, André Juneau, comparaisse devant le comité des Communes sur le Patrimoine, dans 10 jours, afin d'expliquer sa programmation.