Un officier canadien sera jugé en cour martiale relativement à la mort d'un insurgé en Afghanistan en 2008, a annoncé hier le ministère de la Défense nationale.  

Daphné Cameron LA PRESSE

Le Capitaine Robert Semrau, a été accusé en décembre dernier de meurtre non prémédité. L'affaire est survenue alors qu'il servait pour les Forces armées canadiennes comme membre de l'Équipe de liaison et de mentorat opérationnel dans la province de Helmand.  

Il est soupçonné d'avoir tiré, avec l'intention de tuer, sur un homme désarmé vers le 19 octobre. Ce jour-là, il aurait été pris dans une embuscade lors d'une patrouille effectuée avec des militaires canadiens et afghans. Un témoin l'aurait vu tirer un coup de feu.

 

Hier, la directrice des poursuites militaire a annoncé l'ajout de trois autres chefs d'accusations. Le père de famille devra maintenant répondre à des accusations de tentative de meurtre, de conduite déshonorante et de négligence dans l'exécution d'une tâche militaire.

 

La date du procès n'a pas encore été fixée, mais s'il est condamné, il pourrait faire face à une peine d'emprisonnement de 25 ans.

 

L'ontarien a été libéré sous caution le 7 janvier. Il doit s'abstenir de communiquer directement avec certains membres des Forces armées canadiennes ou tout ressortissant afghan qui a fait parti ou qui fait parti de l'Équipe de liaison et de mentorat opérationnel.