Si ce n'était de la pancarte à l'extérieur, il serait impossible de deviner que l'édifice au toit très pentu, de style très «chalet», est le tout nouveau casino du Mont-Tremblant qui s'ouvre demain. Vraiment, c'est sans prétention. L'hiver, on pourra même se présenter en bottes de ski, directement des pentes: le casino fournira même les pantoufles.

Louise Leduc LA PRESSE

Tout juste avant l'inauguration du casino, construit au coût de 66,5 millions, il a été possible d'en faire le tour du propriétaire et d'y prendre exceptionnellement des photos avant l'arrivée des premiers clients.

On y retrouve 400 machines à sous, 25 tables de jeu avec croupiers, dont cinq tables de poker Texas Hold'em, le tout réparti sur trois étages et 6500 mètres carrés. Au total, 225 personnes y travailleront.

Outre les nombreuses oeuvres d'art de la collection Loto Québec, le nouveau casino n'est pas du tout tape-à -l'oeil et n'a rien du casino type.

Le style chalet de l'extérieur est d'ailleurs repris à l'intérieur, avec ce foyer géant qui se trouve dans l'entrée, devant un grand mur d'eau.

Ce qu'il a de spectaculaire, ce casino, ce sont ses immenses fenêtres qui permettent d'apprécier de partout les spectaculaires paysages des Laurentides et même, l'hiver, de voir descendre les skieurs sur les pistes. D'ailleurs, une télécabine, le Casino Express, relie le casino au Versant Sud de la station. Bref, c'est le contraire du casino oppressant où l'on a la désagréable impression de renfermé.

Le casino ne comprend pas de restaurant - seulement de quoi casser une petite croûte - ce qui étonne dans la mesure où il n'y a rien dans les environs immédiats, au pied de ce Versant Soleil en retrait du village Intrawest et du village même de Mont Tremblant. «Le casino est là pour longtemps, et il aura sûrement bientôt des voisins», dit le directeur général du casino, Daniel Bissonnette, précisant qu'il s'attend à la venue prochaine d'hôtels et de restaurants là où, pour l'instant, c'est encore plutôt la forêt.

Quand on lui demande combien il espère que le casino rapporte, M. Bissonnette est très évasif. «Nous pensons bien que le casino sera rentable dès sa première année», dit-il.

Mais ne parliez-vous pas de 50 millions de dollars par année? Ça, c'était les estimations de départ, dit M. Bissonnette, qui ajoute que «la situation économique de la dernière année nous a inquiétés». Pas question de prédictions pour l'instant, donc, si ce n'est ces 500 000 visiteurs espérés annuellement.

Si le terrain même et l'édifice du casino appartiennent à Loto-Québec, les environs appartiennent toujours à Intrawest et c'est à cette entreprise que revient le travail de démarchage pour attirer des hôtels. Impossible de savoir pour l'instant si des chaînes se montrent intéressées : Ian Galbraith, directeur des communications chez Intrawest, à Vancouver, a refusé de dire quoi que ce soit sur les discussions en cours ou même d'évoquer de près où de loin les taux d'occupation de la station au cours de ces derniers mois de récession.

Pierre Pilon, maire de Mont Tremblant, ne cache pas que les derniers mois n'ont pas été faciles et que la ville a enregistré une baisse de touristes. Il compte d'ailleurs sur le nouveau casino pour changer la donne. «Le problème jusqu'ici, c'est que les touristes n'avaient pas grand-chose à faire le soir, après le souper. Ça manquait un peu d'action. Là, avec le casino et avec le projet de spa de niveau international qui devrait faire 20 000 pieds carrés, ça ajoute aux activités.»

Pour Loto Québec, l'objectif demeure d'attirer surtout au Mont-Tremblant de riches touristes de l'Ontario et des États-Unis. D'ailleurs, si les sections de haute mise ne couvrent que 4% ou 5% des trois autres casinos québécois, elles occupent 13 % de la superficie du casino de Mont Tremblant.

Pour l'année financière qui s'est terminée le 31 mars 2009, le secteur des casinos de Loto-Québec a cumulé des revenus de 915,4 millions, ce qui représente une hausse de 2,3% par rapport à l'exercice 2007-2008.