Pendant que les soldats déployés en Afghanistan s'entassent dans des chars d'assaut vieux d'un demi-siècle, pas moins de 80 chars presque neufs, des Leopard II achetés par le Canada en 2007, dorment dans des entrepôts de Montréal et des Pays-Bas.

Isabelle Hachey LA PRESSE

Dans une lettre datée du 25 mars, le député bloquiste Claude Bachand exhorte le ministre de la Défense, Peter MacKay, à mettre rapidement ces chars d'assaut au service de l'armée. «Cet équipement a été jugé prioritaire pour la sécurité des troupes canadiennes, écrit-il. Qu'attend votre gouvernement pour procéder à la mise à jour de cet équipement? Il en va de la vie des soldats.»

 

Le ministère de la Défense veut modifier les Leopard II, notamment en ajoutant une couche de blindage, avant de les rendre opérationnels. Mais depuis deux ans, rien ne bouge. Le lieutenant-général Andrew Leslie, chef d'état-major de l'Armée de terre, n'a pas caché son exaspération face à la lenteur bureaucratique du ministère. «Aucun contrat n'a encore été signé pour leur remise à neuf», a-t-il expliqué, le 9 mars, devant un comité sénatorial. «J'attends depuis deux ans.»

Quarante Leopard II sont entreposés dans un hangar de la base militaire de Longue-Pointe, dans l'est de Montréal. Quarante autres sont toujours cloués chez leurs anciens propriétaires, les Pays-Bas. Seulement 20 sont utilisés en Afghanistan. «Ce sont probablement les meilleurs chars du monde, a dit le lieutenant-général Leslie. Lorsqu'ils sont utilisés pour une mission, ils permettent de sauver la vie de nos soldats.»

La plupart des militaires déployés en sol afghan doivent se déplacer à bord de Leopard I, dont le taux de défaillance s'élève à 71%. «Ils ont été conçus il y a près de 45 ans, a-t-il ajouté. Ils pèsent près de 50 tonnes et sont utilisés au maximum. C'est pourquoi le gouvernement du Canada nous a acheté des Leopard II.»

Mais au rythme où vont les choses, ces chars ne seront pas prêts avant la fin de la mission afghane, en 2011. Au ministère, aucun échéancier n'a été fixé. «Des consultations et une planification sont en cours pour déterminer l'envergure des travaux requis et la façon dont ces travaux seront exécutés», a dit un porte-parole du ministre MacKay. Un processus d'appel d'offres sera lancé par la suite. «Il est inacceptable que la bureaucratie gouvernementale, pendant que les gars sont en train de mourir, soit en train de «téter» pour donner ce contrat», s'insurge le major-général à la retraite Terry Liston.

Le brigadier général Denis Thompson, qui a commandé jusqu'en février les troupes déployées dans la province de Kandahar, se fait toutefois rassurant. «On a acheté les Leopard II pour les futures missions. En Afghanistan, je peux vous dire qu'on a un plus grand nombre de chars d'assaut qu'on a de soldats pour les conduire.»