Malgré l'intervention policière de la veille, près d'une centaine de jeunes se sont réunis dans le parc Carignan hier soir dans une ambiance survoltée. Tout au long de la soirée, une patrouille de six policiers à vélo a effectué des rondes autour du parc environ toutes les demi-heures. La soirée s'est déroulée sans heurt, mais la tension était palpable entre les deux groupes.

Daphné Cameron LA PRESSE

«Hier, les policiers nous ont traités de sale nègres. S'ils recommencent ce soir, ça va brasser», a lancé un jeune homme de 17 ans, attablé à une table de pique-nique.

«Les policiers ont été agressifs envers nous pour aucune bonne raison. Ils s'en sont pris à des gars uniquement parce qu'ils étaient habillés en rouge. Des fois, la seule réponse c'est la violence», a ajouté un autre jeune homme âgé de 20 ans, présent à la confrontation policière.

Selon plusieurs témoins rencontrés dans le parc hier, un policier aurait dégainé son arme et l'aurait dirigé vers la foule de jeunes lors de l'altercation mardi soir. Le SPVM n'a pas confirmé cette information.

«C'est vrai qu'on a un peu niaisé les policiers, qu'on leur a crié des noms et lancé des choses, mais de là à nous matraquer et de pointer son gun, il y a des limites à toujours vouloir nous intimider.»

Vers 22h, les policiers à vélo se sont stationnés dans le parc. La foule a alors commencé à se disperser. Un peu avant 23h, le parc Carignan était vide.