Une femme de 74 ans a connu une fin tragique, un peu avant midi, lorsque son mari du même âge l'a  écrasée avec sa fourgonnette, dans le stationnement de leur résidence lavalloise.

Mis à jour le 5 févr. 2009
Hugo Meunier LA PRESSE

Le bête accident au dénouement funeste est survenu vers 11h45 sur la rue Renaud, dans un quartier résidentiel de Chomedey. «L'homme reculait sa fourgonnette dans l'abri tempo, tandis que sa femme, debout au fond du stationnement, le guidait», raconte Franco Di Genova de la police de Laval.

Pour une raison encore indéterminée, probablement une fausse manoeuvre, la victime s'est retrouvée coincée entre le pare-choc arrière de la voiture et une planche de bois installée devant le garage pour empêcher la neige d'y pénétrer.

Les policiers et ambulanciers, alertés par un voisin, ont été dépêchés sur les lieux quelques minutes plus tard. Mais il était déjà trop tard pour la sauver.

Son mari a été transporté à l'hôpital, en proie à un choc nerveux. «Il n'acceptait pas ce qui venait d'arriver. Il répétait: Ça se peut pas, ça se peut pas», souligne l'agent Di Genova.

Les policiers des enquêtes sur les accidents sont sur place pour reconstituer l'événement.

Des voisins du couple de septuagénaires étaient atterrés par cette mort absurde. «C'est du monde super gentil. Le couple habite là depuis toujours et avait fêté son cinquantième anniversaire de mariage il y a quelques années», dit Jean Aboukhalil.

Le couple, sans histoire, habitait son bungalow depuis sa construction en 1961. L'homme est un électricien à la retraite. Son épouse était mère au foyer. Le couple avait adopté trois enfants. «Toutes nos sympathies vont à la famille et on souhaite courage au monsieur», laisse tomber M. Aboukhalil, voisin immédiat du couple depuis un quart de siècle.

Par sa fenêtre, André St-Jacques, un autre voisin, a aperçu la fourgonnette du septuagénaire reculer dans le stationnement, sans se douter qu'un terrible accident était en train de se produire. «C'est très dommage. Un bête accident», résume M. St-Jacques, qui habite aussi sa maison depuis près de 50 ans.

Selon lui, l'homme ne conduisait plus depuis plusieurs mois et tentait simplement de déplacer son véhicule dans le stationnement.

Les policiers ont érigé un périmètre sur un tronçon de la rue où s'est joué le drame.

La fourgonnette blanche impliquée vient tout juste d'être remorquée.