On ne se bouscule pas aux portes pour devenir prof au Québec. Le ministère de l'Éducation fixe à 5300 le nombre d'étudiants qui peuvent être admis dans les programmes de formation en enseignement chaque année. «Ces contingentements ne sont pas atteints car nous avions, à l'automne 2008, 4836 étudiants inscrits dans les divers programmes», a indiqué à La Presse Pierre Noël, porte-parole du Ministère. Près de 500 futurs profs manquaient à l'appel.

Mis à jour le 21 sept. 2009
Marie Allard LA PRESSE

Conséquence logique, il y a pénurie d'enseignants légalement qualifiés dans plusieurs matières. Un total de 2238 «tolérances d'engagement» ont été accordées à des enseignants sans permis ni brevet par le Ministère en 2008-2009. On les retrouvait surtout en adaptation scolaire (273 profs sans permis), en anglais langue seconde (253), en mathématique (179) et en science et technologie (149).

 

Les critères de sélection ne sont pourtant pas si stricts. Le dernier collégien admis au baccalauréat en éducation préscolaire et primaire à l'Université de Montréal cet automne avait une cote R de 24,015. C'est beaucoup moins élevé qu'au baccalauréat en architecture (cote R minimale de 29,947), en droit (30,000) ou en nutrition (30,886).