Les résultats des élèves des écoles secondaires du Québec ont encore une fois baissé cette année. Selon des statistiques dévoilées hier par le ministère de l'Éducation (MELS), la moyenne aux examens ministériels de juin dernier a été de 72,8%. Depuis 1992, seule la cohorte de 2006 avait obtenu de pires résultats, avec une moyenne de 72,6%.

Ariane Lacoursière LA PRESSE

Les données du Ministère s'appuient sur les 18 examens de fin d'année obligatoires que les 160 000 élèves de quatrième et cinquième secondaire de la province ont suivis en juin dernier. La réussite de ces épreuves est essentielle pour obtenir un diplôme d'études secondaires.

Depuis une dizaine d'années, les élèves du Québec réussissent de moins en moins bien à ces examens. Cette année, le taux de réussite a été de 84,2%, soit 0,2% de moins que l'an dernier.

Le taux global de diplomation sur sept ans est actuellement de 72% au Québec, révèlent les données du Ministère. Quand on sait que le rapport Ménard sur le décrochage scolaire souhaite faire passer ce taux à 80%, l'objectif paraît ambitieux.

Même si le MELS a précisé par voie de communiqué que « les tendances qui ressortent de l'analyse des résultats aux épreuves uniques doivent être interprétées avec prudence », personne n'était disponible, hier, pour commenter les données. « Tous les chiffres sont dans le communiqué », s'est contenté de dire la porte-parole du Ministère, Ahissia Ahua. La ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, est également en vacances et n'a pas pu commenter les résultats.

Par régions

Mais en analysant les chiffres du MELS, on remarque que les régions du Québec ne sont pas toutes égales devant le succès scolaire. Le Nord-du-Québec affiche un taux de réussite de 55% et la Côte-Nord fait légèrement mieux avec 74%. Ces régions ont toutefois fort à faire pour rejoindre la meilleure région du Québec, la Capitale-Nationale, qui a un taux de réussite de 87%.

Alors qu'elle affiche un taux de réussite de 85%, Montréal se classe bien sur la scène provinciale. Mais sur le territoire même de la métropole, certains établissements réussissent mieux que d'autres. Alors que l'école Honoré-Mercier présente un taux de réussite de 68%, l'école Lucien-Pagé affiche un taux de réussite de 58% et l'école Louis-Joseph-Papineau, 66%. L'École internationale de Montréal arrive en tête de liste avec 98%.

Comme chaque année, les résultats des élèves des écoles privées du Québec ont aussi été plus étincelants que ceux de leurs vis-à-vis du public. Alors que le taux de réussite aux épreuves ministérielles a été de 82% au public, 95% des élèves du privé ont réussi leurs examens.