Pour que le Québec puisse obtenir la part de marché qui lui revient dans l'industrie du tourisme sur la scène internationale, le ministère chargé de cette question ne doit plus faire cavalier seul.

LA PRESSE CANADIENNE

C'est du moins ce que soutient le député péquiste de Berthier et porte-parole de l'opposition en matière de tourisme, André Villeneuve.

Ce dernier se dit préoccupé par le déclin du nombre de touristes au Québec, alors qu'il y a une progression sur la scène internationale.

La semaine dernière, le quotidien Le Devoir publiait des données sur la baisse de visiteurs dans la Belle Province. Ainsi, depuis 2002, le Québec aurait perdu 28 pour cent de touristes canadiens et 40 pour cent des vacanciers en provenance des États-Unis.

Selon M. Villeneuve, la faute revient au gouvernement Charest qui a manqué de vision à long terme dans ce dossier. Il estime par ailleurs qu'une action concertée du gouvernement est nécessaire pour s'emparer de l'opportunité d'affaire que présente l'industrie mondiale du tourisme.

Il cite en exemple la création du ministère du Tourisme au début des années 1960. Il affirme qu'à cette époque, tout le gouvernement avait mis l'épaule à la roue pour attirer les vacanciers de l'extérieur du Québec. Une initiative qui avait portée ses fruits, selon lui.

Ainsi, pour revenir aux niveaux d'investissements de 2002, M. Villeneuve estime qu'il faudrait injecter entre 20 à 30 millions de dollars dans l'industrie touristique québécoise et ses infrastructures.

Il répète par ailleurs que le problème se situe au chapitre du leadership de la ministre du Tourisme, Nicole Ménard, qui ne fait que répéter année après année les mêmes campagnes de marketing.

André Villeneuve croit cependant qu'il n'est pas encore trop tard, mais que la ministre doit absolument corriger le tir, et ce, rapidement.