Depuis le début de l'automne, la satisfaction à l'endroit du gouvernement Charest est tombée en vrille. Le tiers des Québécois étaient satisfaits du gouvernement en septembre, il s'en trouve deux fois moins aujourd'hui.

Denis Lessard LA PRESSE

«Depuis que la maison CROP jauge le degré de satisfaction des électeurs, c'est le niveau le plus bas observé», résume le vice-président Youri Rivest, commentant l'anémique 16% de satisfaction obtenu par le gouvernement dans notre sondage.

L'insatisfaction se reflète dans la cote personnelle de Jean Charest : seulement 13% des gens pensent qu'il est le meilleur des chefs pour occuper le poste de premier ministre. Pauline Marois piétine à 20%.

Au chapitre des intentions de vote, les libéraux ont encore réduit leur score : une baisse subite de sept points pour atteindre les 23% d'appuis, ce qui les amène à seulement 17% d'intentions de vote chez les francophones.

Le Parti québécois, lui, grimpe de cinq points pour avoir 38%. Il a récolté 35% des suffrages au dernier scrutin.

L'ADQ a progressé : 15% soit une hausse de trois points. Les répondants donnent massivement raison au chef Gérard Deltell dans son duel avec Jean Charest. Pas moins de 72% des gens l'appuient dans son refus de s'excuser auprès de Jean Charest de l'avoir comparé au «parrain» lors du récent congrès de l'ADQ.

Le PQ a 45% d'appuis chez les francophones. Dans la métropole, les libéraux font leur meilleur score avec 26% contre 35% au PQ. Dans la région de Québec, c'est l'ADQ qui domine avec 36% des intentions de vote contre 25% au PQ et 15% au PLQ. Pour M. Rivest, avec un tel résultat dans les urnes, l'ADQ pourrait aussi faire des gains dans la région.

INTÉRÊT À TENIR UN RÉFÉRENDUM SUR LA SOUVERAINETÉ DU QUÉBEC

Trés intéressé 20%

Assez intéressé 17%

Peu et pas du tout intéressé 63%