Entre 2000 et 2008, l'entrepreneur Frank Catania et sa famille, ainsi que des cadres de Construction Catania, ont contribué pour plus de 150 000$ au Parti libéral du Québec, a révélé le Parti québécois hier à l'Assemblée nationale.

Mis à jour le 18 mars 2010
Denis Lessard LA PRESSE

Le PQ a déposé hier un tableau qui recense les contributions de 18 personnes au PLQ entre 2000 et 2008. On y apprend notamment que Paolo Catania, le fils du patron de Construction Frank Catania, aurait dépassé quatre fois le maximum permis de 3000$ par année.

 

Philippe Roy, porte-parole de M. Catania, soutient qu'il y a eu confusion et que l'on a additionné les contributions de deux Paolo Catania, deux individus différents. Le fils de Frank a tout de même dépassé le maximum à une occasion. En outre, a dit M. Roy, les mêmes personnes ont aussi contribué au PQ - des dons bien moins généreux, toutefois.

Les Catania se défendent de vouloir ainsi influencer le gouvernement dans ses décisions. «Pour eux, c'est une contribution à la communauté. Ils contribuent beaucoup parce qu'on les sollicite beaucoup», explique M. Roy.

 

Construction Frank Catania a reçu au début du mois de mars une seconde visite de la police, venue perquisitionner dans le cadre d'une enquête sur la collusion dans la construction.

Le dossier de la construction a été abordé indirectement hier à l'Assemblée nationale. De part et d'autre, on s'est inquiété de l'influence que peuvent avoir les syndicats et les entrepreneurs sur le gouvernement grâce à des contributions aux partis. Le premier ministre Charest a souligné que des membres de la FTQ ont contribué au financement du PQ et qu'ils appuient formellement ce parti aux élections. Leader syndical accusé de fraude, Jocelyn Dupuis a versé 250$ et 450$ au PQ dans le passé.

«Certains membres ont donné, mais cela ne nous empêche pas de réclamer une commission d'enquête (sur la construction)», a répliqué le leader parlementaire péquiste, Stéphane Bédard. En fin de semaine, la chef péquiste Pauline Marois avait accusé le premier ministre Charest de refuser d'ordonner une commission d'enquête pour ne pas déplaire aux donateurs qui financent l'allocation de 75 000$ par année que lui verse le PLQ.