Le gouvernement Harper a tenté de mettre fin à la tempête provoquée par la nomination rapide au Sénat de trois candidats conservateurs défaits au dernier scrutin en réitérant sa promesse que tous les sénateurs nommés depuis 2008 seront assujettis à un mandat maximal de huit ans. Cela fait partie d'une série de réformes que le gouvernement Harper a proposées dans les dernières années mais qui n'ont jamais été adoptées.

Mis à jour le 20 mai 2011
Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Un projet de loi limitant à huit ans le mandat des sénateurs sera de nouveau déposé, vraisemblablement durant la session de l'automne, et sera adopté à toute vapeur, a confié à La Presse une source gouvernementale. Tous les sénateurs nommés par Stephen Harper depuis 2008, dont les trois qui ont été nommés cette semaine, y seront assujettis.

Stephen Harper a provoqué un tollé mercredi en nommant au Sénat trois conservateurs défaits aux élections du 2 mai. Il s'agit de l'ancienne ministre des Affaires intergouvernementales, Josée Verner, défaite dans la région de Québec, de Larry Smith et de Fabian Manning.

Le chef de l'opposition officielle, Jack Layton, a vertement condamné le geste de M. Harper, une «claque au visage des Canadiens».

Hier, Darrell Dexter, premier ministre de la Nouvelle-Écosse a aussi condamné la décision de M. Harper. «Il est très clair que l'objectif était de fournir d'abord à ces gens un siège confortable avant de leur permettre d'être candidats aux élections générales. Ils ont été rejetés par les électeurs, et ils sont nommés de nouveau», a affirmé M. Dexter.