Le premier ministre Stephen Harper continuera de faire ses déclarations d'abord en français et ensuite en anglais, ici comme à l'étranger, que cela plaise ou non aux médias anglophones et aux journalistes américains.

Mis à jour le 7 févr. 2011
Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

En visite officielle à Washington, vendredi, afin de donner le coup d'envoi avec le président Barack Obama aux pourparlers devant mener à la création d'un périmètre de sécurité nord-américain, M. Harper a été coupé des ondes par les réseaux de télévision américains parce qu'il a commencé sa déclaration en français.

Ce fut notamment le cas du réseau Fox News, qui diffusait la conférence de presse conjointe de MM. Obama et Harper. Le présentateur Shep Smith a alors expliqué que «Fox ne diffuse pas en français» et a continué à commenter les nouveaux développements en Égypte.

Fox News a ensuite commencé à rediffuser la conférence de presse lorsque le président Obama a répondu aux questions des journalistes.

Les réseaux canadiens de nouvelles continues anglophones ont pour leur part diffusé l'ensemble de la conférence de presse et traduit les propos du premier ministre lorsqu'il s'exprimait en français.

À la fin de la conférence de presse, Barack Obama a réussi à faire rire les journalistes en affirmant notamment qu'il était d'accord avec ce que son invité avait affirmé, en particulier ses commentaires en français. Évidemment, M. Obama ne parle pas français.

Habitude controversée

Depuis qu'il a été élu premier ministre, M. Harper prononce d'abord ses discours en français et répète ensuite le tout en anglais. Cette façon de faire agace de plus en plus certains journalistes anglophones à Ottawa. D'ailleurs, certains d'entre eux n'ont pas raté l'occasion de ridiculiser sur la blogosphère la décision de M. Harper de s'exprimer dans la langue de Molière vendredi alors qu'il se trouvait aux côtés du président Obama et devant les principaux médias des États-Unis.

«Que ce soit à Vancouver ou Drummondville, Washington ou Paris, le premier ministre a toujours commencé ses discours en français. Et il va continuer à le faire tant et aussi longtemps qu'il sera premier ministre», a affirmé hier Dimitri Soudas, directeur des communications de M. Harper.

M. Harper avait indiqué dans une entrevue à La Presse en 2006 qu'il s'exprime d'abord en français parce que c'est la «langue fondatrice du Canada».