Il semble de plus en plus que les électeurs favorables aux conservateurs viennent de Mars, et ceux qui appuient les libéraux, de Vénus.

Mis à jour le 8 sept. 2010
Jennifer Ditchburn LA PRESSE CANADIENNE

Les résultats d'un nouveau sondage rendus publics mercredi laissent entendre que le fossé des sexes a augmenté entre les deux partis fédéraux en tête des intentions de vote.

Le coup de sonde réalisé par Harris-Décima pour La Presse Canadienne place les conservateurs en tête avec 36 pour cent d'appuis chez les hommes, comparativement à 26 pour cent pour les libéraux. Chez les femmes, les libéraux mènent avec 34 points contre 27.

Les conservateurs menaient face aux libéraux chez les femmes dans plusieurs sondages effectués l'an dernier, mais ils ont perdu du terrain cet été auprès de l'électorat féminin.

Les résultats du sondage constituent en fait un retour à la normale pour les conservateurs, qui ont toujours peiné à séduire les femmes, a indiqué le président de Harris-Décima, Allan Gregg.

Le plus frappant, a-t-il observé, est la façon avec laquelle les libéraux ont perdu le soutien de nombreux hommes, au cours de la dernière année.

«Ce que cela dit aux conservateurs, c'est qu'ils ont un problème avec les femmes, mais c'est un problème qu'ils ont toujours eu», a affirmé M. Gregg.

«En autant qu'ils puissent conserver leur avantage auprès des hommes, ils peuvent demeurer en tête. Peut-être pas autant qu'ils le voudraient, mais c'est un avantage flagrant», a-t-il ajouté.

M. Gregg a laissé entendre que leur position en faveur de l'élimination du registre des armes d'épaule et leur réticence à subventionner des avortements à l'étranger pourraient avoir incité certaines femmes à tourner le dos aux conservateurs - particulièrement en milieu urbain et dans les banlieues.

Parallèlement, les faibles résultats du chef libéral Michael Ignatieff dans les sondages de popularité lui ont vraisemblablement nui parmi l'électorat masculin. Les hommes tendent de plus à appuyer ceux qui, croient-ils, vont s'attaquer aux déficits et stimuler l'économie, a indiqué M. Gregg.

Parmi tous les électeurs du pays, les conservateurs semblent devancer faiblement les libéraux - 33 pour cent contre 30, un écart à peine plus élevé que la marge d'erreur du sondage. Le Nouveau Parti démocratique (NPD) est à 16 pour cent, et le Parti vert, à 10.

Au Québec, c'est le Bloc québécois qui est en tête avec 39 pour cent des intentions de vote. Les libéraux se classent deuxièmes avec 23 pour cent d'appuis, les conservateurs sont troisièmes avec 16 pour cent, le NPD et les Verts fermant la marche avec respectivement 11 et sept pour cent des intentions de vote.

Le sondage téléphonique a été réalisé du 26 août au 5 septembre auprès de 2019 adultes, et sa marge d'erreur est de plus ou moins 2,2 points de pourcentage, 19 fois sur 20. La marge d'erreur pour les données concernant les hommes et les femmes s'établit à 3,1 points.