Le Bloc québécois proteste contre ce qu'il qualifie de «nouvelle forme de propagande» du gouvernement Harper dans les écoles secondaires, un domaine qui relève de la compétence des provinces.

Mis à jour le 2 sept. 2010
Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

La députée bloquiste Carole Lavallée juge inacceptable que le premier ministre Stephen Harper ait écrit aux élèves du pays afin de les encourager à visiter les parcs nationaux.

Dans cette lettre expédiée en mai aux élèves de deuxième secondaire au Québec et de huitième année dans le reste du pays, M. Harper rappelle que le gouvernement fédéral offre un laissez-passer valide pour 12 mois permettant de visiter gratuitement les parcs nationaux et les lieux historiques gérés par Parcs Canada.

«Allez explorer nos montagnes, nos forêts, nos champs de bataille, nos forts, nos campings et plus encore», écrit M. Harper.

«En tant que Canadiens, nous avons la chance de vivre dans un pays qui a une riche histoire et une véritable beauté naturelle. Ce laissez-passer vous permet d'en apprendre plus sur l'histoire et la nature que partagent tous les Canadiens. En tant que futurs leaders, vous tenez le Canada entre vos mains. Le meilleur moyen de vous préparer à diriger est d'en savoir le plus possible sur ce grand pays qui est le nôtre. Profitez-en bien!»

Carole Lavallée estime que cette lettre est une nouvelle tentative de vendre le fédéralisme au Québec.

«C'est de la propagande de la part du gouvernement fédéral et du bureau du premier ministre que d'envoyer une lettre aux écoles en s'adressant aux jeunes comme de futurs leaders du Canada», a dit Mme Lavallée.

Elle affirme aussi que la lettre contient une erreur importante: M. Harper y dit que l'Alberta est sa province natale, alors qu'il est né à Toronto.

Souveraineté

Le directeur des communications de M. Harper, Dimitri Soudas, a affirmé que la lettre a été envoyée partout au pays dans le cadre du 100e anniversaire de Parcs Canada. «L'intention de notre gouvernement est de donner à ces élèves la possibilité de découvrir notre pays et sa beauté naturelle. Le Bloc accuse quiconque n'adhère pas à son idéologie souverainiste de faire de la propagande. C'est assez ironique de la part d'un parti qui se sert du financement fédéral pour faire la promotion d'une option qu'une majorité de Québécois rejette», a dit M. Soudas.

«En plus, il se sert de l'argent des contribuables pour aller faire la promotion de la souveraineté aux États-Unis et en Europe. M. Duceppe n'a donc pas de leçon à donner en la matière», a-t-il ajouté sur un ton cinglant.

M. Soudas faisait allusion à la décision de M. Duceppe de se rendre notamment à Washington, à New York et à Boston au mois d'octobre pour expliquer les intentions du mouvement souverainiste du Québec.

Il compte faire la même chose à Paris, Bruxelles et Strasbourg au mois de novembre. Il pourrait aussi discuter de la question de l'indépendance du Québec avec les dirigeants du gouvernement de la Catalogne.

Quant à la véritable province natale de M. Harper, M. Soudas a affirmé qu'il s'agit d'une erreur de traduction. On aurait plutôt dû lire «la province que je représente, l'Alberta».