La communauté acadienne s'oppose farouchement aux changements proposés par le gouvernement Harper dans la méthode de recensement au pays.

LA PRESSE CANADIENNE

Le président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick, Jean-Marie Nadeau, se dit inquiet, affirmant que les questionnaires du recensement sont indispensables pour les communautés minoritaires. Il souligne qu'il y a 2 ans, les statistiques recueillies ont notamment permis d'évaluer à 1,5 milliard $ par année l'impact économique des Acadiens. M. Nadeau précise que les subventions accordées par le fédéral sont souvent liées à ces statistiques.

L'Association acadienne et francophone des aînés du Nouveau-Brunswick va dans le même sens. Son président Rolland Gallant estime que la nouvelle formule proposée pour le recensement ne permet pas de vérifier l'évolution de cette partie de la population qu'il représente, ce qui pourrait diminuer les soutiens qui lui sont accordés.

- Avec Jason Ouellette, CJSE