Le Canada est un allié important d'Israël, a soutenu le premier ministre Benjamin Nétanyahou dimanche, avant d'ajouter que la quête pour la paix ne se ferait pas sans une importante sécurité aux frontières pour défendre Israël.

Mis à jour le 30 mai 2010
Allison Jones LA PRESSE CANADIENNE

En visite à Toronto où il a participé à une marche de solidarité à l'endroit d'Israël, M. Nétanyahou a déclaré que les liens entre le Canada et Israël n'ont jamais été aussi forts et que les deux pays partageaient de nombreuses valeurs. Il a également remercié le premier ministre Stephen Harper, qu'il a qualifié «d'ami inébranlable» d'Israël.

Il a aussi soutenu devant des milliers de personnes rassemblées pour l'événement que les Israëliens étaient prêts à faire des compromis pour la paix mais pas au sujet de la sécurité.

Il a ajouté que tout futur État palestinien devrait être démilitarisé de façon efficace et qu'Israël devrait faire quelque chose au sujet de l'Iran et de ses ambitions nucléaires.

Il a expliqué que lorsque Israël avait quitté le Liban, l'Iran s'y était installé et qu'ensuite, lorsque Israël était parti de Gaza, c'est l'Iran, qui à nouveau, y est allé. Selon lui, son pays ne peut pas refaire l'erreur et en subir les conséquences une troisième fois. Ainsi, Israël ne peut pas, à nouveau, vivre avec la présence de l'Iran dans les collines qui surplombent Tel Aviv.

Il a dit aux participants de l'événement qu'ils marchaient contre ceux qui détestent la paix et qui célèbrent la mort et qu'au contraire, ils marchaient pour ceux qui chérissent la paix et célèbrent la vie.

C'est la première fois depuis 1978 qu'un premier ministre israëlien en poste s'adresse à la communauté juive de la région de Toronto.

En 2002, un discours de M. Nétayanhou avait été annulé à l'Université Concordia à Montréal en raison de l'opposition de nombreux étudiants et manifestants.

D'ailleurs, des centaines de personnes ont manifesté dimanche à Toronto mais la police était très présente pour assurer la sécurité de l'événement.

Après son discours, le chef israëlien a quitté pour Ottawa, où il doit rencontrer le premier ministre Stephen Harper, lundi.