Les 14 médailles d'or remportées par le Canada aux Jeux olympiques d'hiver, la présentation d'un nouveau discours du Trône et le dépôt d'un budget sans hausse de taxe ou d'impôt n'ont pas profité aux conservateurs de Stephen Harper.

Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Si des élections fédérales avaient lieu aujourd'hui, les conservateurs obtiendraient 34,7% des voix, presque exactement le même score que les libéraux de Michael Ignatieff (34,6%), démontre un sondage Nanos réalisé pour le compte de La Presse auprès de 1000 Canadiens.

Le NPD récolterait pour sa part 17,8% des voix, soit essentiellement le même pourcentage qu'aux élections générales d'octobre 2008. Le Parti vert devrait quant à lui se contenter de 5,2% des votes.

Au Québec, le Bloc québécois demeure en tête avec 31,5% des voix, mais il commence à se faire de nouveau chauffer par les libéraux, qui obtiendraient 31%. Les appuis au Parti conservateur sont stables à 21,8%, et le NPD récolte 11,7%. La marge d'erreur au Québec est toutefois plus élevée, à 7 points de pourcentage. Dans l'ensemble du pays, la marge d'erreur est de 3,1 points, 19 fois sur 20.

Avertissement aux partis

Ce coup de sonde a été réalisé du 6 au 12 mars soit après les Jeux olympiques de Vancouver, le discours du Trône et la présentation du budget de Jim Flaherty. Ce budget annonce cinq ans de régime minceur pour venir à bout d'un déficit de 54 milliards de dollars en 2009-2010.

Le président de la firme Nanos, Nik Nanos, croit que ces résultats convaincront les stratèges du Parti conservateur et du Parti libéral qu'il est plus prudent d'attendre avant de convoquer les Canadiens aux urnes.

«Il n'y a pas eu d'embellie pour les conservateurs à la suite des Jeux olympiques, ou après le discours du Trône et le budget. Il aurait été peu probable que la fierté olympique pousse les Canadiens à s'associer au gouvernement conservateur. Parallèlement, le budget, prudent et sans beaucoup de nouvelles initiatives, n'a pas permis de briser l'égalité entre les conservateurs et les libéraux», explique M. Nanos.

Statu quo politique

Il ajoute que, en temps normal, les gouvernements profitent du budget pour distribuer des bonbons à la veille d'une campagne électorale ou pour administrer un remède de cheval afin de régler un problème. Le dernier budget du gouvernement Harper ne comportait aucun de ces éléments. D'où le statu quo qui s'installe sur l'échiquier politique.

Selon M. Nanos, il serait étonnant, dans ce contexte, que les libéraux tentent de forcer des élections au printemps. Le prochain rendez-vous électoral aurait donc lieu au plus tôt à l'automne ou au printemps 2011.

Aux dernières élections, le Parti conservateur avait remporté la victoire avec 38% des voix, ce qui lui avait permis de mettre la main sur 143 sièges à la Chambre des communes, dont 10 au Québec. Le Parti libéral, qui était alors dirigé par Stéphane Dion, avait obtenu le pire score électoral de son histoire avec 26% des suffrages et 77 sièges. Le NPD avait pour sa part obtenu 37 sièges et le Bloc québécois, 49.