Alors que les autorités locales s'apprêtent à expulser les indignés de Québec, Vancouver et Victoria, les manifestants obtiennent une certaine sympathie de la population canadienne pour leur mouvement visant à dénoncer les écarts du capitalisme.

Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Un sondage réalisé par la firme Nanos pour le compte de La Presse, The Globe and Mail et CTV révèle en effet que près de 60% des Canadiens qui sont au courant du mouvement Occupons Wall Street ont une impression favorable ou plutôt favorable des revendications des protestataires.

Seulement 33% des personnes interrogées qui ont entendu parler de cette vague de manifestations dans certaines villes canadiennes disent avoir une opinion défavorable ou plutôt défavorable. Enfin, 9% disent ne pas le savoir.

C'est au Québec que le courant de sympathie populaire est le plus élevé, selon ce sondage réalisé auprès de 1202 Canadiens du 20 au 24 octobre.

En effet, tout près de 70% des répondants qui sont au fait de ce mouvement disent avoir une impression favorable (48,8%) ou plutôt favorable (20,9%) des manifestations.

«En général, le mouvement est reconnu d'un bout à l'autre du pays puisque 7 Canadiens sur 10 en ont entendu parler. Parmi ces gens, on remarque que les Canadiens sont plutôt favorables au mouvement», a indiqué hier Jean-Simon Farrah, analyste de recherche chez Nanos.

Fait intéressant, les Canadiens qui appuient le Nouveau Parti démocratique sont plus enclins à donner leur bénédiction à la croisade des indignés. En effet, 75% des gens qui se définissent comme partisans du NPD ont une impression favorable du mouvement. À l'inverse, seulement 48% des gens qui disent être d'allégeance conservatrice affirment avoir une bonne opinion de ceux qui campent dans différentes villes du pays depuis quelques semaines. Dans le cas des répondants qui se décrivent comme des libéraux, 58% d'entre eux disent appuyer le mouvement des indignés.

«On constate que ce sujet polarise quand même un peu les Canadiens selon leur allégeance politique», a fait valoir M. Farrah.

Il a ajouté que l'appui aux indignés pourrait être plus important encore si ces derniers avaient des revendications plus précises. En effet, au moins 22% des gens qui ont une opinion défavorable expliquent leur opinion en disant que le mouvement manque de direction ou de leadership.

À Québec, l'administration du maire Régis Labeaume a sommé les indignés de démanteler leurs installations et leurs tentes, dans le quartier Saint-Roch, dans les plus brefs délais.

À Vancouver, les autorités municipales ont lancé un ultimatum aux manifestants après la mort d'une indignée en fin de semaine. La jeune femme de 20 ans serait morte d'une surdose de drogue.

À Ottawa, une jeune femme aurait été victime d'une agression sexuelle la semaine dernière dans le campement des indignés, dans le parc Major, tout près de la colline parlementaire.

Le sondage comporte une marge d'erreur de plus ou moins 2,8 points de pourcentage, 19 fois sur 20. Dans le cas des 822 répondants qui ont dit être au courant du mouvement, la marge d'erreur est de 3,4 points de pourcentage.