Tous les propriétaires de garderie privée en milieu familial que La Presse a rencontrés incognito affirment la même chose: de plus en plus de parents renoncent à trouver une place dans le réseau des CPE ou dans une garderie privée subventionnée.

Mis à jour le 8 sept. 2011
Isabelle Audet LA PRESSE

«Il faut oublier les garderies à 7$. Tout le monde maintenant cherche au privé parce que, avec le retour, ils paient. Ce n'est plus la peine de chercher un endroit subventionné! Regardez cette petite fille, ses parents ne paient même pas 7$ par jour», a déclaré, d'emblée, la propriétaire d'une garderie en milieu familial à Anjou.

Pourquoi? Parce que, avec les reçus de frais de garde, les familles admissibles reçoivent maintenant un crédit d'impôt anticipé chaque mois. Ce remboursement peut atteindre jusqu'à 75% des frais de garde, selon le revenu familial.

Ainsi, pour les ménages dont les revenus annuels totaux ne dépassent pas 33 500$, une garderie privée à 25$ par jour revient, après le remboursement, à 6,25$ par jour. Les places à 7$ ne donnent droit à aucun remboursement anticipé.

Les propriétaires de toutes les garderies que nous avons visitées se sont réjouis du système de crédit d'impôt anticipé. Toutes les garderies privées qui délivrent des reçus l'annoncent d'ailleurs en grosses lettres dans les sites de petites annonces, lien à l'appui vers le site internet de Revenu Québec.

Les parents tiennent compte de la qualité du service de garde, et plusieurs garderies en milieu familial offrent un environnement sain. Cependant, devant la pénurie de places en CPE et en garderie subventionnée, et grâce au remboursement mensuel, les garderies chez les particuliers, qu'elles remplissent ou non les critères qu'imposerait un coordonnateur de CPE, comblent aisément leurs places. Même à 30$ par jour.