Micheline Parizeau, cette avocate qui s'est fait connaître comme la spécialiste des divorces de gens riches, pourra continuer à pratiquer au Québec. La Cour d'appel a en effet jugé qu'il était raisonnable d'ordonner au Barreau de la réinscrire malgré ses erreurs passées.

Mis à jour le 18 août 2011
Karine Fortin LA PRESSE CANADIENNE

Mme Parizeau avait été radiée pour une période de sept ans, en 2000, après avoir été trouvée coupable de confection de fausse preuve, de parjure et d'exagération grossière des réclamations d'une de ses clientes, entre autres. Cette sentence a par la suite été réduite à cinq ans.

Après avoir pratiqué son métier à l'extérieur du Québec pendant un temps, Micheline Parizeau est rentrée au Québec en 2005. Elle a tenté pendant des années de se faire réinscrire au Barreau, sans succès. L'organisme refusait en effet de la réintégrer, en alléguant qu'elle n'avait pas vraiment changé.

Micheline Parizeau a retrouvé son droit de pratique à la fin de 2008, après avoir remporté une victoire devant le Tribunal des professions. Cette décision a été contestée par le Barreau mais la Cour d'appel l'a confirmée jeudi.

Mme Parizeau, âgée de 68 ans, s'est fait connaître en représentant les ex-épouses d'hommes riches, dans les années 1980 et 1990. Plusieurs juges lui ont reproché d'avoir multiplié inutilement les procédures et transformé les procès en guerres de tranchées coûteuses et interminables.

Plus récemment, elle a représenté le chanteur Claude Dubois, dans un conflit l'opposant au producteur de l'émission Dubois en réalité, diffusée par V.