La mort de Mario Hamel rappelle de bien mauvais souvenirs à la mère d'un jeune homme atteint lui aussi de problèmes de santé mentale, qui a été grièvement blessé par des projectiles à la suite d'un affrontement avec des policiers.

André Noël LA PRESSE

Son fils, dont elle nous a demandé de taire le nom, a reçu au moins trois balles à LaSalle, le 26 avril 2009, alors qu'il marchait avec un petit couteau à steak dans les mains. Cet incident est passé inaperçu, car il a survécu.

«Mon fils a subi une opération de 12 heures, nous a dit sa mère, hier. Il a perdu un rein et une partie de son foie. Il a dû réapprendre à parler, à se lever, à marcher. Il doit subir bientôt une autre opération, et les médecins ne sont pas sûrs qu'il va survivre.

«Quand j'ai appris ce qui s'est passé hier (la mort d'un sans-abri et d'un passant, tués par balles mardi matin), ma colère est remontée à la surface. Les policiers sont mal formés. Ils doivent intervenir souvent avec des personnes souffrant de maladie mentale, mais ils ne savent pas comment.»

Vingt-cinq décès

Plus de 25 personnes ont perdu la vie à la suite d'interventions de policiers de Montréal depuis la mort du jeune Anthony Griffin, en 1987 (voir tableau). Chaque fois, un autre corps de police, généralement la Sûreté du Québec, fait enquête.

Ces rapports d'enquête ne sont jamais publics, sauf si des accusations criminelles sont portées. Or, il est très rare que des accusations de négligence criminelle ou d'homicide soient portées contre des policiers.

Lorsqu'il y a mort d'homme, le Bureau du coroner mène une enquête, ce qui permet d'apprendre quelques détails. Sauf exception, ce n'est pas le cas lorsque les victimes survivent aux balles.

Le 26 avril 2009, Jean (nom fictif), âgé de 28 ans, s'enfuit de l'hôpital psychiatrique où il est traité pour schizophrénie. Il vole un petit couteau à steak dans un dépanneur et se dirige vers LaSalle, dans l'intention de se suicider. Il se taillade les poignets et se donne des coups dans le thorax. Il marche lentement, hagard, dans la rue Dollard.

Une femme l'aperçoit et voit son couteau. Elle alerte la police. Les agents Daniel Tétreault et Véronique Da Silva arrivent peu après. L'agent Tétreault ordonne trois fois à Jean de lâcher son couteau. Le jeune homme continue d'avancer.

«Dans sa tête, une voix lui disait de continuer de marcher, raconte sa mère. Il n'avait pas du tout l'intention d'agresser le policier. Il m'assure qu'il ne brandissait pas son couteau mais qu'il le gardait le long de sa jambe.»

Les policiers prétendent au contraire qu'il a levé le bras, mais aucun témoin n'a dit qu'il tenait alors un couteau dans sa main levée. Les policiers n'ont pas reculé et, selon la mère du jeune homme, ils n'auraient pas non plus tenté de lui parler et de le calmer. Quand il a contourné la voiture de patrouille, il se trouvait à environ 3 m de l'agent Tétreault. Un témoin a dit qu'il marchait vite vers lui, ce qu'il nie.

L'agent Da Silva a alors tiré sept des huit balles que contenait son arme. Au moins trois d'entre elles ont atteint le jeune schizophrène.

Sentiment d'injustice

«C'est clair que mon fils devait être arrêté, dit sa mère. Mais les policiers n'avaient pas besoin de lui tirer dessus. Ils pouvaient parler, utiliser du gaz poivre ou, au besoin, le frapper avec un bâton télescopique. Hier (mardi), quand j'ai su ce qui s'était passé dans le centre-ville de Montréal, mon sentiment d'injustice est revenu en force.»

La Sûreté du Québec a fait enquête sur l'incident impliquant son fils et n'a fait aucun reproche aux policiers de Montréal. Les enquêtes policières sur la police font l'objet de critiques depuis des années, en raison des liens de proximité. L'année dernière, le Protecteur du citoyen a recommandé que ces enquêtes soient dirigées par des civils, comme en Ontario.

* * *

PERSONNES TUÉES APRÈS DES AFFRONTEMENTS AVEC LA POLICE DE MONTRÉAL*

> Anthony Griffin, 19 ans: 11 novembre 1987

> Yvon Lafrance, 40 ans: 3 janvier 1989

> Leslie Presley, 26 ans: 9 avril 1990

> Jorge Chavaria-Reyer, 22 ans: 22 novembre 1990

> Yvan Dugas, 36 ans: 19 avril 1991

> Marcellus François, 24 ans: 3 juillet 1991

> Armand Fernandez, 24 ans: 4 novembre 1991

> Osmond Seymiour Fletcher, 26 ans: 14 novembre 1991

> Trevor Kelly, 43 ans: 1er janvier 1993

> Yvon Asselin, 39 ans: 6 mars 1993

> Paolo Romanelli, 23 ans: 9 mars 1995

> Martin Omar Suazo, 23 ans: 31 mai 1995

> Philippe Ferraro, 67 ans: 26 juin 1995

> Richard Barnabé, 41 ans: 2 mai 1996

> Daniel Bélair, 39 ans: 17 mai 1996

> Michel Mathurin, 49 ans: 17 mai 1996

> Yvan Fond-Rouge, 36 ans: 30 avril 1998

> Jean-Pierre Lizotte, 45 ans: 16 octobre 1999

> Michel Berniquez, 45 ans: 28 juin 2003

> Benoît Richer, 28 ans: 20 juillet 2004

> Mohamed Anas Bennis, 25 ans: 1er décembre 2005

> Quillem Registre, 38 ans: 14 octobre 2007

> Fredy Villanueva, 18 ans: 9 août 2008

> Jean-Claude Lemay, 48 ans: 26 janvier 2011

> Patrick Saulnier, 27 ans: 6 février 2011

> Mario Hamel, 40 ans: 7 juin 2011

> Patrick Limoges, 36 ans: 7 juin 2011

Sources :Me Alain Arsenault et La Presse

*Liste partielle depuis 1987