Avez-vous déjà reçu par courriel une fausse page internet des Caisses Desjardins vous invitant à mettre à jour vos renseignements personnels? Plusieurs internautes sont déjà tombés dans le piège. Cette fois, par contre, c'est au tour d'un présumé fraudeur de se faire prendre.

Mis à jour le 17 mai 2011
Catherine Handfield LA PRESSE

Sébastien Massicotte-Lalumière, 22 ans, a été accusé de fraude, d'utilisation non autorisée de cartes de crédit et de complot mardi après-midi au palais de justice de Laval. Le jeune homme, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrestation depuis vendredi, a été appréhendé en matinée à son domicile de Saint-Joseph-du-Lac, sur la Rive-Nord de Montréal.

Dans le box des accusés, Massicotte-Lalumière, vêtu d'une chemise blanche, a regardé sa mère, assise dans la deuxième rangée de la salle d'audience. Il sera de retour devant le juge mercredi pour son enquête sur mise en liberté.

Le Service des enquêtes sur l'intégrité financière de la Sûreté du Québec (SQ) le soupçonne d'avoir volé l'identité de « plusieurs dizaines de milliers» de Québécois entre 2007 et 2010. La fraude totaliserait plus d'un million de dollars.

«C'est une fraude à grande échelle qui a touché énormément de gens», a souligné Geneviève Bruneau, porte-parole de la SQ. Lors de la perquisition menée chez lui, mardi matin, il avait en sa possession le profil personnel de plusieurs personnes, selon la police.

Le ministère public l'accuse d'avoir procédé à des envois massifs de courriels frauduleux qui imitaient les pages internet d'institutions financières, dont celle des Caisses Desjardins.

Les internautes étaient invités à mettre à jour leurs renseignements personnels. Lorsque l'un d'eux tombait dans le piège, l'accusé effectuait rapidement un changement d'adresse à son dossier, selon la SQ. Il pouvait ainsi commander des cartes bancaires pour faire des achats ou des retraits.

Sébastien Massicotte-Lalumière aurait également effectué des transferts de fonds entre les comptes des victimes et des comptes ouverts au moyen de fausses pièces d'identité. La SQ croit qu'il agissait avec deux complices pour ouvrir les comptes.

«Plusieurs personnes font ce type de fraude, mais dans son cas, les pages internet étaient particulièrement bien faites», a souligné la procureure en chef adjointe de Laval, Me Jocelyne Rancourt, selon qui les institutions financières ont assumé la totalité des pertes.

L'accusé aurait utilisé au moins un autre stratagème pour obtenir des numéros de carte de crédit. Les autorités le soupçonnent d'avoir appelé dans des restaurants des Rôtisseries St-Hubert en se faisant passer pour un technicien informatique. Le jeune homme, présenté comme un «expert en informatique», aurait ainsi trouvé un moyen de s'introduire dans le système informatique de quelques succursales.

Enfin, en décembre 2009, Sébastien Massicotte-Lalumière aurait soutiré les renseignements personnels d'une personne en se faisant passer pour un agent de la paix au téléphone.

La Couronne entend s'opposer à sa mise en liberté en raison des risques de récidive et pour ne pas miner la confiance du public dans le système judiciaire, a indiqué Me Jocelyne Rancourt. «C'est le crime de l'heure», a-t-elle souligné.

Malgré son jeune âge, l'accusé a plusieurs antécédents judiciaires en matière de fraude, les plus anciens datant de 2007. Pas plus tard qu'il y a deux semaines, il a été accusé de six chefs de fraude à la suite d'une enquête du Service de police de Longueuil.